SF - Imaginaire Blogs http://feed.informer.com/digests/WR1E0PDRSU/feeder SF - Imaginaire Blogs Respective post owners and feed distributors Tue, 22 Sep 2020 16:11:07 +0200 Feed Informer http://feed.informer.com/ La Légion sombre https://science-fiction-fantastique.com/2024/04/la-legion-sombre.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:ac08d656-978f-b3f1-a69f-986a7ba2fa3f Fri, 12 Apr 2024 11:31:21 +0200 La Légion sombre La Légion sombre Paru avril 2024 Résumé de l’album 200 ans ont passé depuis les aventures des I.S.S. Snipers. Tout a changé et l'univers est devenu plus sombre que jamais. Le corps d'élite des I.S.S. Snipers a lui aussi changé. Leur unique... Parutions SFFF de Mars 2024 http://planete-sf.com/parutions-sfff-de-mars-2024/ Planète-SF urn:uuid:75785743-e284-668b-297d-2ea1ab0f9349 Fri, 12 Apr 2024 10:52:05 +0200 <p>Nouvel épisode mensuel pour les parutions SFFF de Mars 2024. Ce travail de recension est réalisé par Lhisbei du blog RSF Blog et Anne-Laure du blog Chut Maman Lit (avec l’aide précieuse des sites BDFI et Noosfère), focalisé sur les sorties adulte et YA, il regroupe aussi bien les sorties grand format que les sorties ... <a title="Parutions SFFF de Mars 2024" class="read-more" href="http://planete-sf.com/parutions-sfff-de-mars-2024/" aria-label="Read more about Parutions SFFF de Mars 2024">Lire la suite</a></p> <p>Cet article <a href="http://planete-sf.com/parutions-sfff-de-mars-2024/">Parutions SFFF de Mars 2024</a> est à lire en entier sur le blog <a href="http://planete-sf.com">Planète-SF</a>.</p> <p>Nouvel épisode mensuel pour les parutions SFFF de Mars 2024.</p> <p>Ce travail de recension est réalisé par Lhisbei du blog <a href="http://rsfblog.fr/">RSF Blog</a> et Anne-Laure du blog <a href="http://chutmamanlit.fr">Chut Maman Lit</a> (avec l’aide précieuse des sites <a href="https://www.bdfi.net/">BDFI</a> et <a href="https://www.noosfere.org/">Noosfère</a>), focalisé sur les sorties adulte et YA, il regroupe aussi bien les sorties grand format que les sorties au format poche. De même, cette recension regroupe aussi bien les romans inédits que les rééditions ou les sorties collector.</p> <p><em><strong>Pour ce mois de Mars 2024, c’est environ 70 parutions qui sont recensées.</strong></em></p> <p><span id="more-125468"></span></p> <p>Dans les sorties grands formats on peut noter : Le nouveau roman de <strong>John Scalzi : Superméchant débutant</strong> aux éditions l&rsquo;Atalante, <strong>Peines de mots perdus de Jean-Laurent Del Socorro</strong> aux éditions Argyll, la suite de <strong>Les temps ultramodernes</strong> avec <strong>La croisière Bleue de Laurent Genefort</strong> aux éditions Albin Michel Imaginaire et la fin de la trilogie baryonique de <strong>Pierre Raufast : Le dôme de la méduse</strong> aux éditions Aux forges de Vulcain.</p> <p>Dans les sorties au format poche, on peut noter : les cinq premières sorties de la collection poche des éditions Léha : <strong>Inkarmations de Pierre Bordage</strong>, <strong>La promesse du sang de Brian McClellan</strong>, <strong>Three Dark Crowns de Kendare Blake, Cathédrale d&rsquo;Hermine Lefebvre et Malice de John Gwynne</strong>. Un petit nouveau dans la collection Une Heure Lumière des éditions Le Bélial&rsquo; : <strong>De l&rsquo;espace et du temps d&rsquo;Alastair Reynolds</strong> et <strong>Piranèse de Susanna Clarke </strong>aux éditions Le livre de poche.</p> <p>Voici les visuels des sorties :</p> <style type="text/css"> #foogallery-gallery-125470 .fg-image { width: 250px; } </style> <div class="foogallery foogallery-container foogallery-default foogallery-lightbox-foogallery fg-gutter-10 fg-center fg-default fg-light fg-border-thin fg-shadow-outline fg-loading-default fg-loaded-fade-in fg-caption-hover fg-hover-fade fg-hover-zoom fg-ready" id="foogallery-gallery-125470" data-foogallery="{&quot;item&quot;:{&quot;showCaptionTitle&quot;:true,&quot;showCaptionDescription&quot;:true},&quot;lazy&quot;:true}" data-foogallery-lightbox="{&quot;thumbs&quot;:&quot;bottom&quot;,&quot;thumbsCaptions&quot;:false,&quot;thumbsBestFit&quot;:false,&quot;thumbsSmall&quot;:false,&quot;thumbsCaptionsAlign&quot;:&quot;default&quot;,&quot;info&quot;:&quot;bottom&quot;,&quot;infoVisible&quot;:true,&quot;infoOverlay&quot;:true,&quot;infoAlign&quot;:&quot;default&quot;,&quot;transition&quot;:&quot;fade&quot;,&quot;hoverButtons&quot;:false,&quot;fitMedia&quot;:false,&quot;noScrollbars&quot;:true,&quot;preserveButtonSpace&quot;:true,&quot;buttons&quot;:{&quot;fullscreen&quot;:true,&quot;info&quot;:true,&quot;thumbs&quot;:false},&quot;video&quot;:{&quot;autoPlay&quot;:true}}" > <div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/Parutions_SFFF_Mars2024.png" data-attachment-id="125471" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img fetchpriority="high" decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/Parutions_SFFF_Mars2024/208402757.png" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/66.jpg" data-attachment-id="125472" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/66/3914425346.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/67.jpg" data-attachment-id="125473" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/67/1263530510.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/68.jpg" data-attachment-id="125474" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/68/1074857757.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/69.jpg" data-attachment-id="125475" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/69/3792670993.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/43.jpg" data-attachment-id="125476" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/43/4007927529.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/44.jpg" data-attachment-id="125477" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/44/2325053794.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/45.jpg" data-attachment-id="125478" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/45/1460133457.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/46.jpg" data-attachment-id="125479" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/46/3074182944.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/47.jpg" data-attachment-id="125480" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/47/2115143220.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/48.jpg" data-attachment-id="125481" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/48/3381002762.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/49.jpg" data-attachment-id="125482" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/49/3069294882.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/50.jpg" data-attachment-id="125483" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/50/3497074904.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/51.jpg" data-attachment-id="125484" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/51/3466971129.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/52.jpg" data-attachment-id="125485" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/52/782128776.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/53.jpg" data-attachment-id="125486" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/53/1374285216.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/54.jpg" data-attachment-id="125487" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/54/899183147.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/55.jpg" data-attachment-id="125488" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/55/3892981016.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/56.jpg" data-attachment-id="125489" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/56/137477225.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/57.jpg" data-attachment-id="125490" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/57/1996936329.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/58.jpg" data-attachment-id="125491" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/58/3230814391.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/59.jpg" data-attachment-id="125492" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/59/3219516319.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/60.jpg" data-attachment-id="125493" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/60/4153629411.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/61.jpg" data-attachment-id="125494" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/61/3913792962.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/62.jpg" data-attachment-id="125495" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/62/159132851.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/63.jpg" data-attachment-id="125496" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/63/1980471195.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/64.jpg" data-attachment-id="125497" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/64/309987344.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/65.jpg" data-attachment-id="125498" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/65/3488110371.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/23.jpg" data-attachment-id="125499" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/23/987732282.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/24.jpg" data-attachment-id="125500" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/24/719749104.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/25.jpg" data-attachment-id="125501" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/25/2298014204.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/26.jpg" data-attachment-id="125502" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/26/3047839145.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loading="eager"></span><span class="fg-image-overlay"></span></a><figcaption class="fg-caption"><div class="fg-caption-inner"></div></figcaption></figure><div class="fg-loader"></div></div><div class="fg-item fg-type-image fg-idle"><figure class="fg-item-inner"><a href="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/2024/04/27.jpg" data-attachment-id="125503" data-type="image" class="fg-thumb"><span class="fg-image-wrap"><img decoding="async" src="http://planete-sf.com/wp-content/uploads/cache/2024/04/27/397722533.jpg" width="250" height="200" class="skip-lazy fg-image" loa CIVIL WARD film d’ouverture du 42em BIFFF https://science-fiction-fantastique.com/2024/04/civil-ward-film-d-ouverture-du-42em-bifff.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:7b038979-9eaf-835d-d6b1-4f3cf56a8a15 Fri, 12 Apr 2024 10:35:25 +0200 CIVIL WARD film d’ouverture du 42em BIFFF CIVIL WARD film d’ouverture du 42em BIFFF Hier, je me suis rendu au BIFFF pour la 42eme édition (s’était ma 15ème participation à moi, ce qui est quand même pas mal). Cette année, il y a quelques surprise : notamment... Passage https://lebibliocosme.fr/2024/04/12/passage/ Science-Fiction – Le Bibliocosme urn:uuid:231be6d9-e82e-844f-a182-11409376576e Fri, 12 Apr 2024 10:00:42 +0200 Titre : Passage Autrice : Connie Willis Éditeur : J’ai lu Date de publication : 2007 / 2016 Synopsis : A l&#8217;hôpital Mercy General, la psychologue Joanna Lander s&#8217;est spécialisée dans les EMI, les expériences de mort imminente. Elle tente de rassembler les bribes d&#8217;éléments que ramènent ceux qui, pendant quelques minutes, sont passés de l&#8217;autre côté. Hélas, les sujets sont rarement assez lucides pour fournir des données fiables. Lorsqu&#8217;un brillant neurologue, le docteur Richard Wright, lui propose de travailler sur des EMI artificielles simulées par l&#8217;injection d&#8217;une drogue psychoactive, elle accepte sans hésiter. Elle ne se doute pas qu&#8217;elle vient de s&#8217;engager sur une voie qui pourrait bouleverser toutes les théories scientifiques sur les EMI, et sur la mort elle-même. Mourir, ça c’est une aventure ! (dernières paroles du producteur de Broadway Charles Frohman, citant Peter Pan juste avant de couler avec le Lusitania) La mort… et après ? Depuis ma découverte du roman « Le grand livre », rapidement suivi du reste des ouvrages de sa bibliographie, Connie Willis figure en bonne place dans la liste de mes autrices favorites. Son érudition, la fluidité de sa plume, la construction de ses intrigues, l’ampleur de sa documentation… : autant d’aspects que l’on retrouve dans la plupart de ses livres et qui expliquent l’engouement éprouvé pour ces derniers. Dans « Le Passage », on retrouve les mêmes ingrédients, mais le résultat m’a, pour une fois, laissée quelque peu sceptique. Paru en 2001, le roman met en scène une psychologue, Johanna Lander, ainsi que l’hôpital dans lequel elle travaille sur les EMI, les expériences de mort imminente. La scientifique passe donc son temps à arpenter les couloirs du Mercy General pour interroger des personnes dont le cœur s’est arrêté mais qui ont malgré tout été réanimées, et ce afin de savoir quelles sont les images, les sensations ou les sons dont elles se souviennent. Contrairement à son principal confrère travaillant sur le sujet et ayant perdu toute crédibilité à ses yeux après être tombé dans des délires mystiques, le docteur Lander tente de récolter des données objectives dans l’optique d’en tirer de futurs progrès scientifiques. Alors lorsqu’un nouveau collègue, le docteur Wright, lui explique avoir réussi à reproduire des expériences de mort imminente en laboratoire par le biais d’une substance inoffensive, et lui propose de venir étudier avec lui les résultats, cette dernière ne tarde pas à accepter. Et quand les cobayes viennent finalement à manquer, là voilà qui se prête elle-même au jeu, sans se douter qu’elle s’apprête à vivre une expérience qui va bouleverser toutes ses certitudes. Une construction narrative monotone Le roman est long, or il n’y avait clairement pas matière à écrire un roman de neuf cent pages. C’est là que réside véritablement tout le problème de cette histoire par ailleurs intéressante, tant au niveau de sa construction, de ses thématiques ou encore des informations historiques qu’elle distille, mais qui reste tout de même beaucoup trop délayée. C’est long, mais long ! Connie Willis a l’habitude de faire tourner ses lecteurs/lectrices en bourrique en retardant régulièrement la révélation d’une information capitale par des procédés très classiques (un coup de fil, l’arrivée d’un tiers…) ou en optant pour une narration en spirale, mais là les deux procédés sont utilisés ad nauseam. On passe ainsi neuf cent pages à courir aux côtés du docteur Lander d’un bout à l’autre de cet hôpital gigantesque dans lequel il est difficile de se repérer et où l’héroïne passe son temps à tenter d’échapper à un tel ou d’en trouver un autre, chaque fois sans succès. En fait on peut identifier sans caricaturer cinq catégories de déplacements que l’héroïne effectue pendant toute la durée du roman : ses fuites pour échapper à son collège mystique, ses courses pour le coiffer au poteau et interroger avant lui une personne ayant fait une EMI, ses passages en cardiologie pour voir une petite patiente gravement malade et fan de catastrophes, ses expériences au labo, et enfin ses échecs répétés pour trouver la personne qu’il lui faut. Échecs qui l’obligent à parcourir tous les services de l’hôpital et la font immanquablement croiser les mêmes indésirables partageant une même caractéristique, à savoir un goût prononcé pour le bavardage, et qui ne font que la retarder ou la distraire chaque fois un peu plus. En soi, chacune de ces scènes n’est pas particulièrement gênante ou inintéressante, mais dans la mesure où le même schéma revient perpétuellement pendant toute la durée des neuf cent pages, on finit dans un premier temps par en avoir le tournis, puis par en être passablement agacé. Une documentation historique capivante Alors qu’est-ce qui fait qu’on tient jusqu’au bout ? La réponse tient à mon sens au talent de Connie Willis qui, en dépit d’un schéma narratif redondant à l’extrême, parvient malgré tout à accrocher l’attention des lecteurs/lectrices. Cela s’explique notamment par la capacité de l’autrice à mobiliser quantité d’informations historiques passionnantes sur des sujets divers comme les combats sur mers pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi les plus grandes catastrophes mondiales, de l’éruption du Vésuve à l’incendie de l’aéronef Hindenburg, en passant par le naufrage du Titanic, ou encore les dernières phrases connues prononcées juste avant leur décès par des célébrités ou d’illustres inconnus (certaines sont particulièrement amusantes). Le drame du Titanic, en particulier, est au cœur du roman qui fourmille de dizaines d’anecdotes toutes plus passionnantes les unes que les autres sur le comportement de certain.es passager.es, ou sur la façon dont s’est précisément déroulé le naufrage. On tient, aussi, parce que le mystère, qui consiste tout de même à savoir ce que vivent les personnes ayant frôlé la mort, est alléchant, et qu’on est curieux de connaître la nature de l’explication concoctée ici par l’autrice. Il est d’ailleurs heureux, à ce propos, que Connie Willis ne commette pas l’erreur de l’un de ses personnages et ne sombre pas dans les sempiternel clichés religieux ou mystiques concernant la mort. Au contraire, l’autrice se plaît à jouer avec ces représentations classiques sans pour autant les moquer ou chercher à les décrédibiliser, adoptant ainsi une position d’équilibriste peu évidente mais globalement réussie. On peut enfin souligner son sens du coup de théâtre puisque, quand bien même les rebondissements mettent un temps fou à arriver, ces derniers se révèlent toujours totalement inattendus et parviennent tant bien que mal à relancer l’intérêt porté à l’intrigue. Avec « Passage », Connie Willis signe un long roman de neuf cent pages consacré à une scientifique étudiant les expériences de mort imminente, soit les expériences vécues par des personnes ayant frôlé la mort. Traité d’un sujet aussi important et aussi tabou était risqué, mais l’autrice parvient à éviter une grande partie des écueils en utilisant de façon détournée tous les clichés (notamment religieux) et en évitant de proposer une réponse ferme et définitive. Là où le bât blesse, c’est au niveau de la longueur, le roman multipliant encore et encore les mêmes scènes avec les mêmes personnages et les mêmes ressorts narratifs. L’ouvrage aurait ainsi mérité un sacré écrémage qui l’aurait rendu plus digeste et aurait évité aux lecteurs/lectrices de décrocher aussi souvent au cours de la lecture. Autres critiques :  ? Instanciations - Greg Egan https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/04/instanciations-greg-egan.html Les Lectures du Maki urn:uuid:74106986-9075-6f9f-1c8d-75fb5ddaee72 Fri, 12 Apr 2024 07:00:00 +0200 <p></p><div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiptwnwHeZI81P2nOSrA1F2PNzSgsWdIKCwGCdo-lkOpqx3CZZoCfKHqGcy7Fu2BZnRzS_X1VocbwosP0o_xLNaFwnm5mADgsGtJxalM91BMEYCdB3WVNeaZjmZSXWDB_z-0A2QUJFQ2u9fb6CZydweRYtvus_YN-PuV4Atw1UQgqU1atx-FEIanF0neN4/s2362/Instanciations.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="2362" data-original-width="1535" height="320" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiptwnwHeZI81P2nOSrA1F2PNzSgsWdIKCwGCdo-lkOpqx3CZZoCfKHqGcy7Fu2BZnRzS_X1VocbwosP0o_xLNaFwnm5mADgsGtJxalM91BMEYCdB3WVNeaZjmZSXWDB_z-0A2QUJFQ2u9fb6CZydweRYtvus_YN-PuV4Atw1UQgqU1atx-FEIanF0neN4/s320/Instanciations.jpg" width="208" /></a></div><div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><span style="text-align: left;"><span style="font-family: courier; font-size: large;">Une vie de SIM !</span></span></div><div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><span style="text-align: left;"><br /></span></div><div class="separator" style="clear: both;"><div style="text-align: justify;">Après avoir réédité <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/03/isolation-greg-egan.html" target="_blank"><i>Isolation</i></a>, le premier roman de <b>Greg Egan</b>, <b><i>Le Bélial</i></b> nous propose <i>Instanciations</i>, un recueil de trois textes publiés originellement entre 2014 et 2019 qui forment une histoire complète autour de la numérisation des consciences et leur intégration au coeur des jeux vidéo en tant que personnages non-joueurs. Ce fix-up nous narre la vie de Sagreda, de sa prise de conscience de condition de SIM à son évolution jusqu'à sa "libération".</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><b>Greg Egan</b> n'a de cesse de nous épater par son originalité et sa capacité à se renouveler. Le téléchargement des consciences est un thème récurrent chez lui que ce soit dans ses textes courts (<i>En apprenant à être moi</i>, <i><a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2021/06/a-dos-de-crocodile-greg-egan.html" target="_blank">A dos de crocodile</a></i>...) ou dans ses romans (<i>Diaspora</i>, <i>La Cité des permutants</i>...) et à chaque récit une nouvelle façon d'appréhender la conscience.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Avec <i>Instanciations</i>, il crée des identités numériques issues de la fusion de plusieurs personnalités dont les consciences ont été digitalisées. Il introduit le concept de comps (composites) qui explique le phénomène d'amalgame de plusieurs individualités pour ne former qu'un individu composé d'une partie de tous. Ces identités numériques sont ensuite utilisées comme "personnages" de mondes virtuels.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Dans la première nouvelle <i>Figurant Virtuel</i>, nous faisons connaissance avec Sagreda qui se réveille dans un monde où la gravité défie les lois de la physique. Elle prend conscience de son état de SIM et va tenter de jouer avec les limites du monde virtuel pour améliorer sa condition et celles des autres comps.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Avec le temps, Sagreda a évolué et peut désormais passer d'un monde virtuel à un autre en hackant les différents serveurs, cherchant à obtenir plus d'autonomie et de liberté. C'est ce que nous raconte le deuxième récit <i>Triadique</i>. Mais cela aura des conséquences dangereuses pour les comps qui se verront obligés, dans la dernière novella, <i>Instanciations</i>, de tenter un "exode" vers un autre lieu numérique.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">A travers ses trois textes, <b>Greg Egan</b> nous interroge sur la conscience, le libre arbitre et le statut juridique des personnes numérisées d'autant plus quand celles-ci sont dispatchées entre plusieurs entités et agglomérées à d'autres. Le tout en nous plongeant dans des concepts physiques comme la gravité, mathématiques avec la théorie des nombres (en particulier les nombres p-adique), ou encore informatiques avec des notions de mondes virtuels, jeux en lignes... Bref, de quoi vous retourner le cerveau pendant et après la lecture.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Pour tous ceux qui s'intéressent aux biotechnologies et à la conscience numérique, aux questions éthiques, morales et scientifiques qui en découlent, <b>Greg Egan</b> est une mine d'idées, <i>Instanciations</i> en est un exemple frappant.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Ils en parlent aussi : <a href="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/18/instanciations-de-greg-egan/" target="_blank">Au pays des Cave Troll</a>, <a href="https://lepauledorion.com/2020/03/20/la-trilogie-bit-players-greg-egan/" target="_blank">Epaule d'Orion</a>, <a href="https://www.quoideneufsurmapile.com/2020/02/instantiation-greg-egan.html" target="_blank">Gromovar</a>, <a href="https://weirdaholic.blogspot.com/2024/03/anti-matrix.html" target="_blank">Weirdaholic</a></div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><br /></div></div> Une bande-annonce pour le Joker : Folie à Deux https://www.actusf.com/detail-d-un-article/une-bande-annonce-pour-le-joker-folie-à-deux SF | ActuSF - Events urn:uuid:b57108e1-3106-b637-4691-35a468c4de66 Thu, 11 Apr 2024 22:06:57 +0200 La dernière machine https://lechiencritique.blogspot.com/2024/04/la-derniere-machine.html Le chien critique urn:uuid:83c7df5f-6fee-f07c-0e17-397a69873a33 Thu, 11 Apr 2024 12:32:00 +0200 <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhJJ_eJwydvpzPe_uVxPHe9g08tuTixWT52lavEQrvGIZ7D1XjFa44qTZbtsOtjsXpnr1-G8C-Ds9fXRxkQxskvL4ZXv5P1-qR5rZTL74h_hPKL4aiIxpqxD22NdFo3DszWZ0ygqTQ4ukwGbjH9GPh4jWzB1wR2hXcpaDqXxW7yuYWAKS5Q7T_STG4H_qHa/s1500/91wNlPGgPhL._SL1500_.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="1500" data-original-width="937" height="400" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhJJ_eJwydvpzPe_uVxPHe9g08tuTixWT52lavEQrvGIZ7D1XjFa44qTZbtsOtjsXpnr1-G8C-Ds9fXRxkQxskvL4ZXv5P1-qR5rZTL74h_hPKL4aiIxpqxD22NdFo3DszWZ0ygqTQ4ukwGbjH9GPh4jWzB1wR2hXcpaDqXxW7yuYWAKS5Q7T_STG4H_qHa/w250-h400/91wNlPGgPhL._SL1500_.jpg" width="250" /></a></div><h3 style="text-align: left;">Jean-Marc De Vos, Autoédition, 2022, 211 p., 5€ epub avec DRM</h3><p style="text-align: left;"><br /></p><div style="text-align: left;"><div class="x1iorvi4 x1pi30zi x1l90r2v x1swvt13" data-ad-comet-preview="message" data-ad-preview="message" id=":r1se:"><div class="x78zum5 xdt5ytf xz62fqu x16ldp7u"><div class="xu06os2 x1ok221b"><span class="x193iq5w xeuugli x13faqbe x1vvkbs x1xmvt09 x1lliihq x1s928wv xhkezso x1gmr53x x1cpjm7i x1fgarty x1943h6x xudqn12 x3x7a5m x6prxxf xvq8zen xo1l8bm xzsf02u x1yc453h" dir="auto"><div class="xdj266r x11i5rnm xat24cr x1mh8g0r x1vvkbs x126k92a"><div style="text-align: justify;">Parfois, on ne sait pas pourquoi, on a envie de lire un livre avec une couverture moche. </div><div style="text-align: justify;">Dans ces cas là, ma destination de prédilection est toujours de me tourner vers mon tenancier préféré <span><span class="xt0psk2"><span>Jean-Marc De Vos</span></span></span> qui adore faire saigner les yeux de ses lecteurs...</div><br /></div></span></div></div></div></div><h4 style="text-align: left;">Pitch de l'éditeur :&nbsp;</h4><p style="text-align: justify;"><span class="a-text-bold">14 nouvelles de Science-Fiction, Anticipation, Fantastique, 14 pépites qui renouent avec une SF « plaisir », ambiance Pulp – Old School garantie.<br />Un recueil où l’auteur ratisse large : tous les lieux imaginables et inimaginables, toutes les époques, toutes les situations. Et puis, il y a toujours une machine.</span><br /></p><p style="text-align: left;"><br /></p><h4 style="text-align: left;"><br />Mon ressenti : </h4><p style="text-align: justify;">Dans son intro, l'auteur dit qu'il ne faut&nbsp;pas chercher le sous texte, juste apprécier les histoires. Voyons donc ce que cela donne :<br /><br /><b>Peur de rien !</b><br />Il enfonce le clou ici avec cette mise en bouche, écrite comme une boutade. Et ça marche ! Le pitch ? Un premier contact alien dont il faut trouver un volontaire pour vivre seul durant 20 ans.<br /><br /><b>Hadès</b><br />L'humanité est comme la peste, difficile de s'en débarrasser. On peut voir cela comme de la persévérance, ou de la connerie, ce que semble nous dire l'auteur qui nous conte un futur dans 300 millions d'années où les humains pensent avoir retrouvé le berceau de l'humanité, notre bon vieux caillou. Des humains retrouvent le berceau de l'humanité, la terre. Entre mythe des origines et théorie Gaïa, une nouvelle dont la chute permet à l'auteur de dire son amour de l'humanité. Léger et drôle, un plaisir évident que de lire ce texte.<br /><br /><b>Ceux d'en bas</b><br />Voilà un texte qui rappelle la SF avant qu'elle ne s'appelait ainsi. On suit un maître et son élève dans une ambiance étrange et des sismologues. <br />Comme jadis, pas de réel intrigue, juste des tranches de vie qui vont se rencontrer. Manque d'originalité ici, j'ai eu l'impression d'avoir déjà lu ce genre de trucs. L'auteur dit avoir rédigé ce texte avant d'avoir lu la nouvelle de Clarke, les feux intérieurs, que je n'ai pas lu...<br /><b><br />Bubble City</b><br />Des êtres sont découverts dans la haute atmosphère de Jupiter, mais gardent jalousement leur secrets. Un ingénieur va tenter de comprendre leurs mécanismes. <br />Un texte old school (l'aventure, plus que la véracité scientifique), peut être un peu trop rapide, mais dont le final laisse l'infini des possibles se réaliser.<br /><br /><b>Hiver sur Martingale</b><br />Une planète avec plein de ressources à disposition, le paradis pour une entreprise minière. Mais l'exploitation va mal tourner, la flore ayant une croissance infernale. Toujours dans la même veine, le twist final est splendide<br /><br /><b>La mère de toutes les peurs</b><br />Tel est pris qui croyait prendre<br />Un scientifique est banni de sa communauté suite à une expérience ratée : bilan des dizaines de morts. Il tente sa dernière chance pour se faire réintégrer dans le sérail auprès d'un collègue. Sur fond d'IA et de peur primordiale, une nouvelle rafraîchissante.<br /><br /><b>La dernière machine de Reich</b><br />Inspiré d'un personnage réel, Wilhelm Reich, un des assistants de Freud qui travaillait sur l'orgasme et mourut en prison...<br />On suit une équipe de scientifiques spécialisés dans la radioactivité qui doit intervenir suite à la découverte d'un objet étrange radioactif dans le trou du cul du monde.<br />Une nouvelle malaisante du fait de la réalité et de la réécriture de l'auteur sur un pan de l'histoire. Glaçant.<br /><br /><b>Exhibition</b><br />Une histoire inspirée d'un article de presse où Google avait arrêté d'appliquer des filtres par défaut lors de la prise de selfie à cause de troubles sur la santé mentale. Ce que ne font pas fait ses concurrents.<br />Marrant, car j'ai remarqué que mon smartphone mettait un filtre lors de la prise de selfie, ce que je trouve dérangeant...<br />Que se passerait il si tout le monde était retouché ? L'auteur nous invite 100 ans dans le futur où le filtre est la norme, le réel la déviance. Dommage que le final soit banal car le monde décrit est très intéressant et questionnant sur notre besoin de modifier nos apparences. Cela reste un très bon texte.<br /><br /><b>Haptophobique Transgression</b><br />Une sorte de blague potache et grivoise autour d'une phobie. Sans intérêt<br /><br /><b>George, Notre Sauveur</b><br />Une nouvelle pour un concours dont l'une des conditions était de commencer le texte par "lorsque Georges rentra chez lui, ce jour là comme tous les jours, rien ne le préparait à ce qu'il vit en franchissant la porte du salon."<br />Et l'auteur de nous dire que ce fameux salon n'était plus là, remplacé par le néant. Encore du style old school, à base de voyage dans le temps. Distrayant.<br /><br /><b>Droit dans le mur</b><br />Ici, un homme entend des voix dans son mur. Il semblerait que ce soit des aliens. Une pochade dont la morale pourrait être de ne pas prendre ses vessies pour des lanternes. <br /><br /><b>La dernière séance</b><br />Un informaticien a une idée de génie : et si on inventait une IA capable de produire des films et des séries. <br />Ecrit avant la vague actuelle de l'IA générative, De Vos nous conte une histoire pleine de Pulp avec une fin des plus réjouissantes que je n'avais pas vu venir.<br /><br /><b>Bibliotheca Apostolica Vaticana </b><br />Un cul bénit scientifique est convoqué chez la plus haute instance, le pape, pour une mission capitale.<br />Relecture des évangiles à la mode De Vos, qui allie science et religion, pour nous emmener dans un grand bang. <br /><br /><b>Les Murides</b><br />En 2019 paraissait L.ambassadeur, le premier roman de l'auteur. Et sans cette nouvelle, son histoire serait sûrement différente. Comme son récit uchronique qui nous conte un peuple alien dont la planète va disparaitre et tente de trouver un moyen de survivre. <br />Seul bémol à ce texte, c'est qu'il dévoile le twist du roman. Et que je suis plutôt d'avis que vous remettiez la lecture de cette nouvelle à plus tard désormais que vous êtes arrivés à ma dernière critique de ce recueil. Vous savez donc que l'auteur est un bon conteur, dépensez donc quelques euros pour son premier roman (c'est de l'auto édition, ça coûte moins cher qu'un café sur l'autoroute), appréciez et acheter d'autres livres de l'auteur et enfin, lisez les Murides !</p><p style="text-align: justify;">Au final, l'auteur ne nous trompe pas sur la marchandise, une lecture plaisante qui passe le temps. Seul mensonge, j'ai trouvé quelquefois du sous-texte, mais c'est la cerise sur le gâteau. En outre, j'ai bien apprécié que l'auteur ajoute un peu de paratexte avant chaque nouvelle.<br />Ma plus grosse déception est de ne pas avoir pu me payer un autoédité avec une critique assassine, mais ma probité intellectuelle m'oblige à avouer passer de très bon moment à lire ce Jean Marc De Vos (et sa créativité à pondre des couvertures moches pousse même au respect !)<br /></p> Arrowsmith T02 https://science-fiction-fantastique.com/2024/04/arrowsmith-t02.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:d54c4d4e-3fcb-34f2-5f6b-787aff8d9b64 Wed, 10 Apr 2024 19:13:40 +0200 Arrowsmith T02 Paru avril 2024 Deuxième tome du diptyque signé KURT BUSIEK (Marvels, JLA / Avengers) et le regretté CARLOS PACHECO (Avengers Forever, X-Men, Superman), dans ce récit où la magie et les dragons côtoient les combats dans les guerres de tranchées.... ANTE-MILLENIUM de Gilles Rouviere, https://science-fiction-fantastique.com/2024/04/ante-millenium-de-gilles-rouviere.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:c369617b-3127-29d0-3df4-7b5c6fa3dc26 Wed, 10 Apr 2024 18:24:33 +0200 ANTE-MILLENIUM de Gilles Rouviere, ANTE-MILLENIUM de Gilles Rouviere, ANTE-MILLENIUM de Gilles Rouviere, Au lieu de vous donnez mon opinion je préfère vous laissez vous fai re votre opinion en lissant l’extrait ci-dessous, ***** Résumé Sur une Terre plongée... La dernière bande-annonce de la dernière saison d'Evil ! https://www.actusf.com/detail-d-un-article/la-dernière-bande-annonce-de-la-dernière-saison-devil SF | ActuSF - Events urn:uuid:2c209944-b0f0-6972-623c-e3632d0f0474 Wed, 10 Apr 2024 12:41:23 +0200 La Croisière bleue – Laurent Genefort https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/04/10/la-croisiere-bleue-laurent-genefort/ Au pays des Cave Trolls urn:uuid:25d916df-a9d3-a906-ab14-a454512351ab Wed, 10 Apr 2024 08:42:51 +0200 Début 2022, Albin Michel imaginaire publiait Les Temps ultramodernes, un roman uchronique et rétrofuturiste de Laurent Genefort. En ce début d&#8217;année 2024, l&#8217;auteur revient pour notre plus grand plaisir dans le même univers avec La croisière bleue, un recueil de 5 nouvelles entrecoupées d&#8217;articles de presse. Le livre est complété par l&#8217;Abrégé de cavorologie qui [&#8230;] <div class="wp-block-image"> <figure class="aligncenter size-large is-resized"><img width="700" height="1024" data-attachment-id="51777" data-permalink="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/02/23/mes-reperages-sorties-litteraires-mars-2024/la-croisiere-bleue-700w-2/" data-orig-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/la-croisiere-bleue-700w.jpg" data-orig-size="700,1024" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="la-croisiere-bleue-700w" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/la-croisiere-bleue-700w.jpg?w=205" data-large-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/la-croisiere-bleue-700w.jpg?w=700" src="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/la-croisiere-bleue-700w.jpg?w=700" alt="" class="wp-image-51777" style="width:351px;height:auto" srcset="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/la-croisiere-bleue-700w.jpg 700w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/la-croisiere-bleue-700w.jpg?w=103 103w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/la-croisiere-bleue-700w.jpg?w=205 205w" sizes="(max-width: 700px) 100vw, 700px" /></figure></div> <p>Début 2022, Albin Michel imaginaire publiait <em>Les Temps ultramodernes</em>, un roman uchronique et rétrofuturiste de Laurent Genefort. En ce début d&rsquo;année 2024, l&rsquo;auteur revient pour notre plus grand plaisir dans le même univers avec <em>La croisière bleue</em>, un recueil de 5 nouvelles entrecoupées d&rsquo;articles de presse. Le livre est complété par l&rsquo;Abrégé de cavorologie qui pose les bases de l&rsquo;univers imaginé par l&rsquo;auteur. Cet abrégé est brillamment écrit et pensé, offrant une variété d&rsquo;informations impressionnante sur la cavorite et montrant le soin qu&rsquo;a pris l&rsquo;auteur pour bâtir son univers.</p> <p>Quelques mots sur l&rsquo;univers pour bien se situer. Laurent Genefort a utilisé la cavorite comme élément principal et point de divergence par rapport à notre histoire. La cavorite est une substance opaque à la gravité, on la rencontre pour la première fois dans le roman <em>Les Premiers Hommes dans la Lune</em> de H. G. Wells. Laurent Genefort reprend les mêmes propriétés pour cet élément découvert en 1895 par Georges H. Cavor. Cette trouvaille a profondément changé le monde puisque des voitures volantes et des paquebots spatiaux ont vu le jour. L&rsquo;homme a pu ainsi se rendre sur Mars, les mines de cavorite sont devenues l&rsquo;enjeu principal des grandes puissances qui ont tout basé sur ce minéral. Malheureusement, les mines de cavorite ne sont pas infinies, et en plus il a été établi que les propriétés d&rsquo;antigravité s&rsquo;estompaient au fil du temps pour finir par disparaître. Un krach boursier a eu lieu en 1923, les tensions en Europe sont de plus en plus présentes.</p> <p>Les textes de <em>La croisière bleue</em> se déroulent à différentes époques et n&rsquo;ont pas de lien entre eux. Ils sont assez différents les uns des autres mais ont des thématiques en commun et ils représentent l&rsquo;évolution de cet univers, donnant une vue de la période entre 1895 et 1923 où la cavorite était reine. Ils sont entrecoupés de petits articles de journaux, de très courtes histoires sous le titre de &laquo;&nbsp;Cavorite&nbsp;&raquo;.</p> <p>Le livre commence par une histoire empreinte d&rsquo;une certaine poésie, rêverie avec <em><strong>le Facteur Pégase</strong></em>, mais l&rsquo;ambiance générale devient vite assez sombre au fur et à mesure des nouvelles, reflétant le destin de ce monde qui a tout misé sur la cavorite. Le personnage principal, un facteur est obnubilé par un projet complètement fou qui est de construire un bâtiment de ses seules mains et le conduire dans le ciel toujours plus haut grâce à la cavorite. <em><strong>La Croisière bleue</strong></em> est le texte le plus long, c&rsquo;est presque une novella. Deux agents se trouvent à bord d&rsquo;une croisière sur un paquebot volant sur lequel planent des menaces d&rsquo;attentat. Les voyageurs ne sont pas au courant et se pavanent sur le paquebot, profitant de leur voyage sans se soucier de la situation sur Terre. La fin de la nouvelle évoque la crise de la cavorite.</p> <p>Dans <em><strong>Cinquante hectares sur Mars</strong></em>, un jeune homme a gagné à la loterie le gros lot, 50 hectares de terrain sur Mars, et décide de s&rsquo;y rendre. Le texte est narré sous forme épistolaire entre ce jeune homme et son frère. L&rsquo;arrivée sur Mars est source de désenchantement pour lui et ses rêves en prennent un coup. Le texte permet d&rsquo;en savoir plus sur la planète rouge, de connaître ses habitants, ses colons qui dépendent cruellement de la terre pour leur survie. Vénus et Mars arriveraient-elles à survivre sans la Terre et ses approvisionnements, et sans cavorite? En effet, le règne de la cavorite est mourant, même si les hommes essayent de faire comme si de rien n&rsquo;était et peinent à trouver une solution. <em><strong>Le Sisyphe cosmique </strong></em>raconte une de ces tentatives pour essayer de récupérer de la cavorite sur Mercure. Mais la mission s&rsquo;avère trop dangereuse et trop aléatoire. La nouvelle est reliée à la dernière, <strong><em>À la poursuite de l&rsquo;anticavorium</em></strong>, où un astéroïde menace la terre d&rsquo;extermination.</p> <p>Ces cinq textes permettent d&rsquo;avoir une vue d&rsquo;ensemble sur l&rsquo;univers créé par Laurent Genefort, de voir son évolution en même temps que celui de la cavorite. Il ressort une ambiance de plus en plus sombre, de fin d&rsquo;un monde, celui de la cavorite qui a rendu tant de rêves possibles, qui tombent soudain tous en morceaux petit à petit. La défaillance programmée du matériau rend la conquête du système solaire compromise ainsi que la vie des colons. La cavorite fait penser à l&rsquo;utilisation dans notre monde des carburants fossiles et de la difficulté à leur trouver des solutions de remplacement.</p> <p><em>La croisière bleue</em> nous fait ainsi retrouver avec grand plaisir cet excellent univers des<em> Temps ultramodernes</em>. Les différents textes donnent à voir l&rsquo;évolution de ce monde uchronique au fil des années dans une ambiance plus sombre. Une très belle réussite à nouveau pour Laurent Genefort.</p> <p>Autres avis: <a href="https://lenocherdeslivres.wordpress.com/2024/03/29/la-croisiere-bleue-laurent-genefort/">Le nocher des livres</a>, </p> <p>Auteur: Laurent Genefort</p> <p>Éditions: Albin Michel Imaginaire</p> <p>Parution: 27/03/2024</p> <p>En 1923, les réserves de cavorite s&rsquo;amenuisent et les puissances se déchirent pour trouver de nouveaux gisements. A bord de l&rsquo;Agénor, le transcontinental reliant l&rsquo;Europe aux confins de l&rsquo;Asie, est commis un meurtre inexplicable. Gaspard, membre du Deuxième bureau français, est chargé de l&rsquo;enquête. Il découvre que la victime est un agent anglais.</p> Dune – Frank Herbert https://nevertwhere.blogspot.com/2024/04/dune-frank-herbert.html Nevertwhere urn:uuid:6069ccc1-9679-491f-15fd-505c6f0d4ce8 Wed, 10 Apr 2024 08:00:00 +0200 <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><img alt="Couverture de Dune" border="0" data-original-height="825" data-original-width="500" height="400" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEj-e4isixdI4botGW4yekYPWpIt3R4COUFkDjfVjOjigAq-XjhEd7PNsWIo3rd4O3wP0MedNzJgJBsf5DtnK6qLalnNKf0_49tmKmlUtmBzaHlsJpy_jqCM9Rt40ukeyhJqR-hCJGCdW3ueSqA1TGhbwJ7ATzGzLA4GdlzxqF5dGK39tCb2qOAovR54Ci3b/w242-h400/Dune1.jpg" width="242" /></div><p>Cela faisait déjà longtemps que j’avais envie de relire <i>Dune</i>, en partie en raison de son retour au cinéma. J’ai raté le coche lors de la sortie du premier volet de l’adaptation de Denis Villeneuve, mais une fois le deuxième film sorti, je n’avais plus d’excuses, alors je me suis jetée à l’eau (enfin…)<br /><br /><i>Dune</i> est le premier des six romans du cycle de <i>Dune</i>, écrit par Frank Herbert entre 1965 et 1985. C’est un cycle de space-opera qui nous emmène dans un lointain futur où les humains vivent disséminés à travers la galaxie, régis par un système d’empire interstellaire qui tient grâce à un équilibre délicat entre l’Empereur, les Grandes Maisons et les compagnies commerciales.<br /><br />Dune, c’est aussi l’autre nom d’Arrakis, une planète désertique qui produit l’Épice, une drogue convoitée par tous car elle permet de retarder le vieillissement mais aussi d’augmenter les perceptions, ce qui rend possible le voyage interstellaire. Et l’histoire du roman débute lorsque l’Empereur retire à la maison Harkonnen le fief de Dune pour le confier à la maison des Atréides.<br /><br />Le début ressemble ensuite, de façon un peu trompeuse, à un roman initiatique puisqu’on suit principalement les pas de Paul Atréides, fils du duc régnant et appelé à faire de grandes choses. Mais c’est aussi un roman plein de complots, de manipulations politiques et de réflexions sur la religion, le pouvoir et ce qu’il arrive lorsque les deux s’entremêlent. Et puis on y parle aussi d’écologie, de manipulations génétiques et de bien d’autres choses encore.<br /><br />Bref, <i>Dune</i>, c’est riche, et c’est toujours impressionnant de voir comment ce premier roman arrive à donner un aperçu d’un immense univers (avec son vocabulaire, son histoire qui s’étend sur des millénaires, sa géographie) sans pour autant noyer le lecteur.<br /><br />Avec les images du film (des films même !) encore en tête, j’ai eu grand plaisir à relire ce livre presque 19 ans après ma première lecture. Il a cette écriture typique des années 60-70 que j’associe à toute la SF de mon adolescence, c’est très efficace et ça se lit extrêmement bien, les pages se tournent toutes seules et Frank Herbert joue habilement des changements de point de vue (Atréides vs. Harkonnen) pour avoir un aperçu complet de la situation.<br /><br />(Par contre si vous aimez les romans avec des cliffhangers de fou et des traîtres cachés, oubliez-ça tout de suite, lui il est plutôt du genre à balancer directement le nom du traitre pour mieux développer les enjeux derrière ses actions)<br /><br />J’ai aussi aimé cette relecture parce que j’ai eu une lecture un peu moins superficielle qui comprend mieux la complexité des personnages et de l’univers. J’ai apprécié aussi le fait que le texte reste très actuel. Si certains éléments sont typiques des années 60-70 (notamment tous les trips avec la drogue), les questions d’écologie restent des enjeux qui résonnent encore aujourd’hui, et c’est agréable d’avoir un roman avec des personnages féminins complexes.<br /><br />À vrai dire ce roman n’a qu’un seul défaut, c’est sa narration qui fait souvent l’impasse sur des éléments qui pourraient être importants pour mieux les caser lors d’une ellipse ou sous forme de faits rapportés ce qui fait que je ne comprenais pas toujours de quoi il parlait. Sur ce roman ça va encore mais je me souviens que ça m’avait exaspérée sur les derniers tomes du cycle.<br /><br />En parlant de ça, cette relecture m’a permis de jouer au jeu des comparaisons avec l’adaptation de Denis Villeneuve. Celle-ci, comme toute adaptation, fait des choix, réinterprète des choses et laisse de côté certains éléments. Et je trouve qu’elle offre une lecture vraiment intéressante du roman, avec un propos je trouve beaucoup plus critique sur les liens entre religion et pouvoir (pas que le thème soit absent du roman mais je trouve qu'on capte beaucoup plus vite dans le film l'ambiguïté de la figure héroïque de Paul alors que dans le livre c'est facile de le suivre un peut bêtement). Je suis vraiment curieuse de voir ce que donnera Le Messie de Dune.<br /><br />Voilà pour cette relecture très plaisante. Je vais poursuivre avec Le Messie de Dune, pour avoir la conclusion de l’histoire de Paul. On verra si j’ai le courage de continuer, dans mes souvenirs c’est après que ça part un peu en cacahuète parfois…<br /><br /><b>Infos utiles : </b><i>Dune</i> (même titre en VO) est un roman de Frank Herbert paru en 1965 en VO. Première parution française en 1970 chez Robert Laffont avec une traduction de Michel Demuth. J’ai lu l’édition de 2020 avec une traduction révisée par évisée par Fabien Le Roy et L’Épaule d’Orion. 720 p.<br /><br /><b>D’autres avis : </b><a href="https://yuyine.be/review/book/dune-cycle-de-dune-1">Les critiques de Yuyine</a>, <a href="https://dragongalactique.com/2021/01/14/dune-frank-herbert-edition-collector/">Le dragon galactique</a>, <a href="https://bibliosff.wordpress.com/2011/11/21/dune-frank-herbert/">Les lectures de Xapur</a>, <a href="https://www.lorhkan.com/2020/11/11/dune-de-frank-herbert/">Lorhkan et les mauvais genres</a>, <a href="https://zoeprendlaplume.fr/frank-herbert-dune/">Zoé prend la plume</a><br /></p> Thunderbolts, le nouveau Marvel, dévoile sa première vidéo. https://www.actusf.com/detail-d-un-article/thunderbolts-le-nouveau-marvel-dévoile-sa-première-vidéo SF | ActuSF - Events urn:uuid:e36e3ba1-c0bf-ee5f-1709-fdc1152b90a8 Tue, 09 Apr 2024 13:02:29 +0200 La Métamorphose, de Franz Kafka https://science-fiction-fantastique.com/2024/04/la-metamorphose-de-franz-kafka.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:5e49467d-0f9e-8753-aebd-23ee2f3e0f37 Tue, 09 Apr 2024 12:43:23 +0200 La Métamorphose, de Franz Kafka La Métamorphose, de Franz Kafka mars 2009 Comme chaque matin, Gregor, employé modèle, s'apprête à aller au travail. Mais à son réveil, il aperçoit son corps doté d'une lugubre carapace de coléoptère. Gregor croit d'abord... Le festin de Hemlock Vale – La Chose des Profondeurs https://albdo.blog/2024/04/07/le-festin-de-hemlock-vale-la-chose-des-profondeurs/ Albédo urn:uuid:30c23178-b700-b7bc-71b2-9dbf93ae6979 Sun, 07 Apr 2024 19:02:30 +0200 Horreur à Arkham &#8211; JCE Compte-rendu de mission du Dr Rosa Marquez Jour 1 Nous nous rendîmes au Marais d&#8217;Eastwick dès le début de l&#8217;après-midi, escortés de la minuscule et énergique Judith Park. Le paysage s&#8217;illustrait dans toute sa richesse : bigarré, coloré, unique à la fois dans la profusion des plantes et l&#8217;étendue des &#8230; <a href="https://albdo.blog/2024/04/07/le-festin-de-hemlock-vale-la-chose-des-profondeurs/" class="more-link">Lire la suite de <span class="screen-reader-text">Le festin de Hemlock Vale &#8211; La Chose des&#160;Profondeurs</span></a> Echopraxie - Peter Watts https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/04/echopraxie-peter-watts.html Les Lectures du Maki urn:uuid:e4563f60-d178-6818-0d4e-74d53a04f8bd Sun, 07 Apr 2024 11:00:00 +0200 <p style="text-align: center;"></p><div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgSLjttrQY87BLyn_2-FOS9S8vS88dL92IbyOV6ZpBZbU2s4ekrvMKtQBypZwmKJNwF43xFVqu3sTg94_4aQLnQ0x8MpDi5D55dp2sLoxBa9mg1fB3rYZhTQ7iqcfnwh3Ta5_eXqQ2673jpywJrvzjSI_DXz00G_pbl2JtVJGNTNt5nMKtgraLKCBiW4aw/s1500/echo.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="1500" data-original-width="1024" height="320" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgSLjttrQY87BLyn_2-FOS9S8vS88dL92IbyOV6ZpBZbU2s4ekrvMKtQBypZwmKJNwF43xFVqu3sTg94_4aQLnQ0x8MpDi5D55dp2sLoxBa9mg1fB3rYZhTQ7iqcfnwh3Ta5_eXqQ2673jpywJrvzjSI_DXz00G_pbl2JtVJGNTNt5nMKtgraLKCBiW4aw/s320/echo.jpg" width="218" /></a></div><div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><span style="font-family: courier; font-size: x-large;">Pas le plus accessible...</span></div><div><br /></div><div style="text-align: justify;">Vous avez aimé <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2023/09/vision-aveugle-peter-watts.html" target="_blank"><i>Vision Aveugle</i></a> même si vous ne l'avez pas toujours trouvé facile d'accès... alors <i>Echopraxie</i> est fait pour vous. Juste quelques petits mots pour mettre les choses en perspectives. Ce nouvel opus se déroule dans le même univers que <i>Vision Aveugle</i>, à la même époque, tout en commençant un peu avant et se terminant plus tard. Certains pensent qu'il peut même se lire indépendamment. J'ai de sérieux doutes sur ce point, en effet&nbsp;<b>Peter Watts</b> fait de nombreuses au <i>Thésée</i> et aux évènements se déroulant dans <i>Vision Aveugle</i>.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Dans le premier opus, l'auteur nous donnait quelques clefs pour comprendre son univers. Avec patience et persévérance, l'ensemble se dessinait doucement au fil de la lecture, même si quelques zones d'ombres persistaient. Dans ce second volet, il semble penser que le lecteur a toutes les clefs pour saisir ce nouvel univers - je dis "nouvel" car on a beau avoir les clefs, <b>Peter Watts</b> a changé quelques serrures. Au final, il est beaucoup plus difficile de s'immerger dans ce même monde.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Daniel Brüks, personnage principal et narrateur d'<i>Echopraxie</i>, est un humain de souche, parasitologue de métier, qui s'est retiré dans le désert pour étudier les mutations génétiques chez les animaux. Il est contraint de fuir son campement et de se réfugier dans le monastère des <i>Bicaméraux</i> (religieux fanatiques interconnectés entre-eux) après avoir été attaqué par des morts-vivants (façon <b>Peter Watts</b> !). Lorsque le monastère est à son tour attaqué, Dan embarque à bord de <i>La Couronne d'Epines</i> direction l'espace en compagnie d'un équipage éclectique comprenant entre autre une vampire (de la même espèce que Jukka qui dirige le <i>Thésée</i>)...</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">La construction d'<i>Echopraxie </i>est un copier-coller de celui de <i>Vision Aveugle</i> : un équipage hétéroclite cohabite difficilement au coeur d'un monde où les repères sont sans cesse changeants et où les questionnements philosophiques et scientifiques sont nombreux. Mais ici, il n'est plus question de conscience, mais plutôt de libre arbitre et de dualité sciences/foi, un foisonnement intellectuel à donner le vertige.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Tout comme son prédécesseur, <i>Echopraxie</i> est un huis clos angoissant, servi par une plume acérée et porté par une galerie de personnages époustouflants. Ce monument de Hard-Science est quand même beaucoup moins accessible et plus obscur mais reste néanmoins une lecture indispensable.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div><br /></div><div>D'autres avis qui permettent d'éclairer la lecture : <a href="https://justaword.fr/echopraxie-795a98f5ce64" target="_blank">Just a Word</a>, <a href="https://lecultedapophis.com/2016/01/06/echopraxie-peter-watts/" target="_blank">Apophis</a>, <a href="https://lepauledorion.com/2020/01/25/cycle-blindopraxia-peter-watts/" target="_blank">Epaule Orion</a>, <a href="https://www.undernierlivre.net/peter-watts-echopraxie/" target="_blank">Un dernier livre</a>, <a href="https://www.outrelivres.fr/echopraxie/" target="_blank">Outre Livres</a>, <a href="https://weirdaholic.blogspot.com/2023/12/une-fosse-commune-en-orbite-autour-du.html" target="_blank">Weirdaholic</a>,&nbsp;</div><div><br /></div><div><br /></div> Le Pacte de sang – Clément Bouhélier https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/04/07/le-pacte-de-sang-clement-bouhelier/ Au pays des Cave Trolls urn:uuid:bc6e249e-27bc-d10a-5953-6914d3951e89 Sun, 07 Apr 2024 09:02:00 +0200 Quand on pense à Clément Bouhélier, la série Olangar nous vient tout de suite à l&#8217;esprit. Il faut dire que cette quadrilogie est d&#8217;une grande qualité et a confirmé l&#8217;auteur dans son statut d&#8217;écrivain en Imaginaire français. Mais la bibliographie de l&#8217;auteur compte d&#8217;autres titres, comme Chaos en 2016 dans le registre science-fiction post apo, [&#8230;] <div class="wp-block-image"> <figure class="aligncenter size-large is-resized"><img width="673" height="1023" data-attachment-id="51780" data-permalink="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/20/mes-reperages-sorties-litteraires-avril-2024/1ere_-_couv-pacte_sang_def/" data-orig-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg" data-orig-size="1538,2339" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="1ere_-_couv-pacte_sang_def" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=197" data-large-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=673" src="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=673" alt="" class="wp-image-51780" style="width:368px;height:auto" srcset="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=673 673w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=1346 1346w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=99 99w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=197 197w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/1ere_-_couv-pacte_sang_def.jpg?w=768 768w" sizes="(max-width: 673px) 100vw, 673px" /></figure></div> <p>Quand on pense à Clément Bouhélier, la série Olangar nous vient tout de suite à l&rsquo;esprit. Il faut dire que cette quadrilogie est d&rsquo;une grande qualité et a confirmé l&rsquo;auteur dans son statut d&rsquo;écrivain en Imaginaire français. Mais la bibliographie de l&rsquo;auteur compte d&rsquo;autres titres, comme <em>Chaos</em> en 2016 dans le registre science-fiction post apo, ou encore <em>Passé déterré</em> en 2017, plus orienté fantastique horreur. Avec <em>Le pacte de sang</em> publié chez Critic, Clément Bouhélier revient au fantastique tendance horrifique. A noter que la préface est signée d&rsquo;Adrien Party, spécialiste de la figure du vampire et auteur de <a href="https://aupaysdescavetrolls.fr/2022/09/22/vampirologie-adrien-party/"><em>Vampirologie</em>.</a></p> <p>Le récit suit deux fils narratifs différents en parallèle. Tout d&rsquo;abord, de nos jours, un groupe de salarié d&rsquo;une entreprise lyonnaise est en séminaire en Bretagne depuis plusieurs jours. Lors de la dernière nuit, un escape game est organisé dans un grand château proche d&rsquo;Auray. Pour la majorité des personnes présentes, c&rsquo;est la nuit de trop et il leur tarde de rentrer chez eux, le climat de l&rsquo;entreprise étant assez tendu. D&rsquo;autant plus que la nuit va vite tourner au cauchemar. En 1364, la bataille d&rsquo;Auray s&rsquo;est soldée par une déroute pour les troupes de Bertrand Duguesclin. Deux chevaliers en fuite trouvent refuge à l&rsquo;intérieur d&rsquo;un mystérieux château abandonné. Ils vont y trouver une horreur pire que celle de la bataille.</p> <p>Les deux époques s’entremêlent pour former un tout, et s&rsquo;éclairent l&rsquo;une l&rsquo;autre au fur et à mesure du récit. Elles sont tout aussi intéressante à découvrir l&rsquo;une que l&rsquo;autre, Clément Bouhélier instillant assez de suspense pour que l&rsquo;on ait envie de savoir ce qui arrive par la suite dans chacune d&rsquo;elle. Clément Bouhélier tient parfaitement son lecteur en haleine et connaît très bien les codes du genre fantastique/horreur. Le roman est très visuel, les descriptions sont réalistes et cinématiques. Le lecteur est très vite plongé dans cette sombre histoire sans temps mort et véritable page turner.</p> <p>Dans <em>Le Pacte de sang</em>, Clément Bouhélier propose une réécriture du mythe faustien et de la figure du vampire avec une créature monstrueuse fort réussie. Le fait que l&rsquo;on connaisse les pensées de la bête, que l&rsquo;on voit son évolution au travers des âges, son lien avec les croyances et superstitions, avec l&rsquo;industrialisation et les changements au fil du temps apporte beaucoup à l&rsquo;histoire. La bête est une créature fascinante, mortelle et parfaitement mise en scène. Clément Bouhélier arrive à réinventer cette figure du fantastique, à se l&rsquo;approprier et à la confronter à notre époque. Le contraste entre cette créature et les personnages très représentatifs de notre société est saisissant. </p> <p>A travers cette histoire, Clément Bouhélier nous fait aussi nous questionner sur la notion de monstre. La bête est par nature monstrueuse, mais on peut se demander si certains humains ne sont pas plus monstrueux par leurs agissements. Ces réflexions se retrouvent tout au long du roman.</p> <p>Avec <em>Le pacte de sang</em>, Clément Bouhélier nous propose une traversée dans le temps depuis le XIVe jusqu&rsquo;à aujourd&rsquo;hui en entremêlant 2 fils narratifs dans une histoire macabre. L&rsquo;auteur maîtrise parfaitement son récit et joue avec les nerfs de ses lecteurs. A lire pour découvrir une autre facette de l&rsquo;auteur et lire une belle réussite dans le genre fantastique/horreur également.<br><br>Autres avis: <a href="https://ours-inculte.fr/le-pacte-de-sang/">l&rsquo;ours inculte</a>, </p> <p>Auteur: Clément Bouhélier</p> <p>Éditions: Critic</p> <p>Parution: 19/04/2024</p> <p>Défaites lors de la bataille d&rsquo;Auray, les troupes de Bertrand Duguesclin sont en déroute. Deux chevaliers en fuite s&rsquo;aventurent à l&rsquo;intérieur d&rsquo;un mystérieux château abandonné. Ils vont faire face à la pire des abominations. Près de 700 ans plus tard, lors d&rsquo;un séminaire en Bretagne, les membres d&rsquo;une entreprise de référencement web se rendent dans ce même château pour participer à un escape game. Mais pour eux également, la nuit va virer au cauchemar. Quelque part derrière les murs sombres, une chose attend, tapie…</p> Bulles de feu #60 - Mars 2024 https://233degrescelsius.blogspot.com/2024/04/bulles-de-feu-60-mars-2024.html 233°C urn:uuid:49c0d800-ced5-3cfe-8c86-e0cd21bec27f Sat, 06 Apr 2024 18:18:00 +0200 Un petit récapitulatif de mes lectures BDs/mangas/comics du mois, pour en garder une trace.<br /> Le classement est absolument imparfait, insatisfaisant et un peu aléatoire mais peut donner un ordre d'idée. Les avis sont (ultra)brefs, n'hésitez pas à demander un complément d'informations en commentaire si nécessaire.<br /><br /> <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiwuFjRwXSJSDhrlwiNFfHBepCkE04Px62Ed0gWNwVEAQu_5vi8FV9MlYyq-IJNYRS7muOiEXxTHwDxa0bcddmy1Mpeg1AF2rE-wsRAN6jLGox3m5HDQtrQvfV9XoLs8XAPRNo6bBBOO5vpkGosGXtKds8jHYobi-6O0eDE1aj6lzigoaDbq-69yp-1yw/s246/Flamme2.png" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="132" data-original-width="246" height="86" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiwuFjRwXSJSDhrlwiNFfHBepCkE04Px62Ed0gWNwVEAQu_5vi8FV9MlYyq-IJNYRS7muOiEXxTHwDxa0bcddmy1Mpeg1AF2rE-wsRAN6jLGox3m5HDQtrQvfV9XoLs8XAPRNo6bBBOO5vpkGosGXtKds8jHYobi-6O0eDE1aj6lzigoaDbq-69yp-1yw/w161-h86/Flamme2.png" width="161" /></a></div><div style="text-align: center;"><span style="font-family: georgia;"><span style="font-size: medium;"><b>Bien / Ok / Correct</b></span></span></div> <div class="separator" style="clear: both;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgD8u72Cf1dZe1X8L-TcQH2pEDohSp72-TpipINYd2rD1Trbb4Wmk2yUUtyA-SO1EJlLK0r3LztSCUrODcL-dziUtdsEwnpXr2fidxOGSOMrJ7n5EwQa3Ovc5gocEh-_pkUAx939GioUUESanVphLnSVtIFd7_4FI0GOG6dSZUCjkokDvxP01XYwdKdf3tE/s1108/Couv_404587.jpg" style="clear: left; float: left; margin-right: 1em; text-align: center;"><img alt="" border="0" data-original-height="1108" data-original-width="800" height="200" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgD8u72Cf1dZe1X8L-TcQH2pEDohSp72-TpipINYd2rD1Trbb4Wmk2yUUtyA-SO1EJlLK0r3LztSCUrODcL-dziUtdsEwnpXr2fidxOGSOMrJ7n5EwQa3Ovc5gocEh-_pkUAx939GioUUESanVphLnSVtIFd7_4FI0GOG6dSZUCjkokDvxP01XYwdKdf3tE/s200/Couv_404587.jpg" /></a></div><br /><br /><b><i>L'Oxalis et l'Or</i> T.1-2/10 - Eiichi Kitano</b><br /><br />Un manga consacré à l'émigration irlandaise et à la ruée vers l'or, qui sans être mauvais est à deux doigts du "mouais", à cause surtout de son mélange des tons perturbant, à la fois très dramatique mais aussi très loufoque par moment. <div class="separator" style="clear: both;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiIjqUi_Lmg-aBTDNOEipzo7BkGvRFixkG7nGS9jfroddy1fnyvsTqmKMmj09z4o6nyDFIfUgTSLBquoZjywEASUbfPD8vqfr-NXniX2ztBjJ8ssDk_RcieYT7NySY950QxczZN2CoFNu-oHCWgcBQSurSVeyvg1ckqr1xsEa9hfn1r72oM9VKUEJZsJ5rc/s1219/Couv_429434.jpg" style="clear: left; float: left; margin-right: 1em; text-align: center;"><img alt="" border="0" data-original-height="1219" data-original-width="850" height="200" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiIjqUi_Lmg-aBTDNOEipzo7BkGvRFixkG7nGS9jfroddy1fnyvsTqmKMmj09z4o6nyDFIfUgTSLBquoZjywEASUbfPD8vqfr-NXniX2ztBjJ8ssDk_RcieYT7NySY950QxczZN2CoFNu-oHCWgcBQSurSVeyvg1ckqr1xsEa9hfn1r72oM9VKUEJZsJ5rc/s200/Couv_429434.jpg" /></a></div><br /><br /><b><i>Panda Detective Agency </i> T.1/? - Pump Sawae</b><br /><br />Un manga dont les "enquêtes" sont une excuse pour proposer de petites tranches de vie sur des individus atteints de <i>métamorphie</i>, une maladie les faisant se changer peu à peu en animaux. Ce n'est pas mauvais mais c'est trop rapide et survolé pour être réellement attachant. <div class="separator" style="clear: both;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEg72UZShTl0sFHykcIY_xKIxDmUN4OiwcrbeVkWdQ14khyphenhyphen1kca7ksBFcYEGkaDxodhBS_P3gjbUfDqWOMn6K0OTrU_9wfP5Xxu93wb7fnL3PKTyJvM9NkXlEDVZkt5_jQ_9A4Mu06yM2VBg32Qy6yMHorxg1KF3dfLsRrSaYwkL6y7BPyJmtoklZKmQ-men/s1205/Couv_492354.jpg" style="clear: left; float: left; margin-right: 1em; text-align: center;"><img alt="" border="0" data-original-height="1205" data-original-width="850" height="200" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEg72UZShTl0sFHykcIY_xKIxDmUN4OiwcrbeVkWdQ14khyphenhyphen1kca7ksBFcYEGkaDxodhBS_P3gjbUfDqWOMn6K0OTrU_9wfP5Xxu93wb7fnL3PKTyJvM9NkXlEDVZkt5_jQ_9A4Mu06yM2VBg32Qy6yMHorxg1KF3dfLsRrSaYwkL6y7BPyJmtoklZKmQ-men/s200/Couv_492354.jpg" /></a></div><br /><br /><b><i>Fends le vent !</i> T.1/5 - Wataru Midori</b><br /><br />Un bon premier tome pour ce manga de sport assez classique mais qui a un mérite : parler de handisport avec son héros amputé d'une jambe. <div class="separator" style="clear: both;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEjN75SHxDNWWk_AJJWCdwGiNTuWcJHLRlGl1S4qRWXoxNciJmNli-4VqG60W0yiST4GzuVeFj4PxgAyT6p_4xtO-JGyOdbtsK2cmnzUPo_u_FbtAOlg50t4NNiUilx2nRFqd9rh45yCIoV2BGcuP2tfuOPr1TuBSay3GmoOpFP-7Z0hhQ6kghOdFB_9kpV2/s836/Couv_485487.jpg" style="clear: left; float: left; margin-right: 1em; text-align: center;"><img alt="" border="0" data-original-height="836" data-original-width="600" height="200" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEjN75SHxDNWWk_AJJWCdwGiNTuWcJHLRlGl1S4qRWXoxNciJmNli-4VqG60W0yiST4GzuVeFj4PxgAyT6p_4xtO-JGyOdbtsK2cmnzUPo_u_FbtAOlg50t4NNiUilx2nRFqd9rh45yCIoV2BGcuP2tfuOPr1TuBSay3GmoOpFP-7Z0hhQ6kghOdFB_9kpV2/s200/Couv_485487.jpg" /></a></div><br /><br /><b><i>Insomniaques</i> T.10/14 - Makoto Ojiro</b><br /><br />Un tome un peu vide, mais tout de même toujours agréable. <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiDoOM1jxWGrlPuONkG-IYqaTVTjjzpu1gBxy_KI3EVhlIojpt_FkTLMgZkaq2CMvIIjMhdP2PPeeI4YfvB7VJlVhAy0UAmBeLB9RWUIbhZBzUsAVHQgSWcu4XhGYJt_xJ8cfNiT3c1Lwz3dhqn-h6-yPCOa7Q7qzeeAtHJn1mSJzciSIRKBfV4O3eI7Q/s359/Flamme3.png" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="132" data-original-width="359" height="88" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiDoOM1jxWGrlPuONkG-IYqaTVTjjzpu1gBxy_KI3EVhlIojpt_FkTLMgZkaq2CMvIIjMhdP2PPeeI4YfvB7VJlVhAy0UAmBeLB9RWUIbhZBzUsAVHQgSWcu4XhGYJt_xJ8cfNiT3c1Lwz3dhqn-h6-yPCOa7Q7qzeeAtHJn1mSJzciSIRKBfV4O3eI7Q/w240-h88/Flamme3.png" width="240" /></a></div><div style="text-align: center;"><span style="font-family: georgia;"><span style="font-size: medium;"><b>Très bien</b></span></span></div> <div class="separator" style="clear: both;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiVah1TYv9NsPEx4GJpyzogB5E9l1UJT_BTG8U65i200DBUjQDeWYzigHRipi5aq6kW_nwP_jC58NyP1IWlTS4NUxXYQhnVQyZgzSh0E872_vJ_1BRqrN5Tf6DfyHGlCLsFsEcdH4gOXWRqhwch-RO48kDsKZ2k0DajI3zEMA2CEP5B2yiWb4BCBTkmE6OQ/s1195/Couv_473329.jpg" style="clear: left; float: left; margin-right: 1em; text-align: center;"><img alt="" border="0" data-original-height="1195" data-original-width="850" height="200" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiVah1TYv9NsPEx4GJpyzogB5E9l1UJT_BTG8U65i200DBUjQDeWYzigHRipi5aq6kW_nwP_jC58NyP1IWlTS4NUxXYQhnVQyZgzSh0E872_vJ_1BRqrN5Tf6DfyHGlCLsFsEcdH4gOXWRqhwch-RO48kDsKZ2k0DajI3zEMA2CEP5B2yiWb4BCBTkmE6OQ/s200/Couv_473329.jpg" /></a></div><br /><br /><b><i>Hirayasumi</i> T.2-3/? - Keigo Shinzô</b><br /><br />Une série vraiment agréable à lire, feel-good, aux personnages attachants. <div class="separator" style="clear: both;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgEacLQKnUmw4AmQfL6rAdSOVvOTPKW541dsuoCuFLlMS1RfJ0diuFszXIquNx4g3MkxGCkOoJ8TkHMi9ClQgHZgfrCFpvqcOxGWqOblRJLh3zbjqEs2DhuDvc51ceIXNckfc9LY3ladjREFTwSRCHZjAx9489sZV12y7ZsgjnXvtMhuUCnWr-AbY_mFgzn/s900/Couv_463370.jpg" style="clear: left; float: left; margin-right: 1em; text-align: center;"><img alt="" border="0" data-original-height="900" data-original-width="600" height="200" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgEacLQKnUmw4AmQfL6rAdSOVvOTPKW541dsuoCuFLlMS1RfJ0diuFszXIquNx4g3MkxGCkOoJ8TkHMi9ClQgHZgfrCFpvqcOxGWqOblRJLh3zbjqEs2DhuDvc51ceIXNckfc9LY3ladjREFTwSRCHZjAx9489sZV12y7ZsgjnXvtMhuUCnWr-AbY_mFgzn/s200/Couv_463370.jpg" /></a></div><br /><br /><b><i>Friday</i> T.1/3 - Ed Brubaker, Marcos Martín et Muntsa Vicente</b><br /><br />Un tome introductif mais très prometteur pour ce polar/thriller fantastique sur une base très maline d'un duo de jeunes détectives type Sherlock/Watson qui a grandi et dont la relation a changé. <div class="separator" style="clear: both;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhbqmdzunxwQD07fsm3ic70NoKyvzpGR-ZTCJ53l1GmolZcE0BvjxPwgmcdtkWRj-i7ZhaXt4fcwcdN5RJcHEDBsjpdiB6wg3uQpD4_4LYbQUAIODd5Ql8OxwqBYCRlJhIqCRtoEIqHtkj__aAyx2FI3zd2q_21TMaZyoYs0tuintjiwn5WMP9L1W-jLz7p/s1301/Couv_477115.jpg" style="clear: left; float: left; margin-right: 1em; text-align: center;"><img alt="" border="0" data-original-height="1301" data-original-width="850" height="200" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhbqmdzunxwQD07fsm3ic70NoKyvzpGR-ZTCJ53l1GmolZcE0BvjxPwgmcdtkWRj-i7ZhaXt4fcwcdN5RJcHEDBsjpdiB6wg3uQpD4_4LYbQUAIODd5Ql8OxwqBYCRlJhIqCRtoEIqHtkj__aAyx2FI3zd2q_21TMaZyoYs0tuintjiwn5WMP9L1W-jLz7p/s200/Couv_477115.jpg" /></a></div><br /><br /><b><i>Tsugai - Deamons of the Shadow Realm</i> T.1-2/? - Hiromu Arakawa</b><br /><br />Une très bonne surprise que cette nouvelle série de l'autrice, avec toujours ses dessins caractéristiques mais un univers bien différent, plus urban fantasy moderne que ce que la couverture et le titre laissent penser ; un très gros potentiel. Kénobi – John Jackson Miller https://albdo.blog/2024/04/05/kenobi-john-jackson-miller/ Albédo urn:uuid:cd4d7893-1ea3-e3d5-5761-085e02e5dfac Fri, 05 Apr 2024 20:27:07 +0200 Pocket &#8211; Star Wars An -19. La République Galactique a chu suite à la trahison de son premier Magistrat, Palpatine, devenu Empereur de la galaxie et des mondes connus. Quelques chevaliers Jédi ont réussi à fuir le terrible ordre 66 et à survivre jusqu&#8217;alors. Cette poignée d&#8217;individus ne doit son salut, qui ne perdurera que &#8230; <a href="https://albdo.blog/2024/04/05/kenobi-john-jackson-miller/" class="more-link">Lire la suite de <span class="screen-reader-text">Kénobi &#8211; John Jackson&#160;Miller</span></a> Confirmation : Matrix est bien en route pour un cinquième film ! https://www.actusf.com/detail-d-un-article/confirmation-matrix-est-bien-en-route-pour-un-cinquième-film SF | ActuSF - Events urn:uuid:437050e8-3643-f31a-1d9c-014bdd529350 Fri, 05 Apr 2024 16:29:46 +0200 La pierre jaune https://lebibliocosme.fr/2024/04/05/la-pierre-jaune/ Science-Fiction – Le Bibliocosme urn:uuid:4660276c-152b-0722-9c3c-266091407c3f Fri, 05 Apr 2024 10:00:47 +0200 Titre : La pierre jaune Auteur/Autrice : Geoffrey Le Guilcher Éditeur : La Goutte d&#8217;or / Folio SF Date de publication : 2021 / 2022 Synopsis : Presqu’île de Rhuys, Bretagne, 2024. Un jour pluvieux, Jack Banks, policier britannique hanté par ses vies antérieures, débarque au lieu-dit de la Pierre jaune. Sa mission : infiltrer une communauté d’activistes anarchistes et écologistes radicaux, les « Jauniens ». Mais le plan ne se déroule pas comme prévu. À trois cents kilomètres de là, deux avions percutent l’usine nucléaire de La Hague, plongeant une partie de la France et de l’Angleterre dans le chaos. Pluies acides, radioactivité, l’état d’urgence mondial est déclaré et la Bretagne compte parmi les zones à évacuer. Les Jauniens décident de rester sur leur presqu’île. Au nom d’un motif inavouable, Jack les imite. Une étrange survie en zone radioactive débute. &#8230; Tchernobyl au cœur de l&#8217;Europe Bretagne. 2024. Un policier anglais infiltré depuis quelques jours au sein d’un groupe anarchiste suspecté d’abriter des individus violents voit sa missions compromise par un événement totalement inattendu. A plusieurs centaines de kilomètres de la petite ZAD de la Pierre jaune, des terroristes prennent le contrôle de deux avions et les font s’exploser non pas cette fois sur des tours contenant des bureaux, mais sur l’usine nucléaire de La Hague, comportant quatre piscines géantes. L’incident provoque immédiatement la panique, vite jugulée toutefois par les états français et anglais (La Hague se trouve à 300km de Paris comme de Londres) qui tentent de rassurer et organisent l’évacuation d’une partie de leur territoire. Parmi les zones à risque figure justement la Bretagne, et donc le terrain occupé par les « Jauniens ». Ces derniers refusent toutefois de bouger et, poussé par son supérieur de poursuivre sa mission en raison de la présence sur place d’un terroriste anarchiste qui pourrait potentiellement servir de bouc-émissaire, Jack Banks fait le choix de rester lui aussi. Très vite, il faut s’organiser, aussi bien pour échapper aux pluies acides que pour éviter tout contact avec ce qui a pu être contaminé par les radiations, mais aussi trouver de quoi se nourrir, s’hydrater, et se chauffer. Les choses vont toutefois se compliquer lorsque, suite à des vidéos jugées provocantes réalisées sur place, l’armée débarque avec pour mission de nettoyer la zone. A toutes ces difficultés s’ajoute la nécessité pour le protagoniste de ne pas voir sa couverture exposée, ce qui s’avère d’autant plus difficile que la précarité de leurs conditions de vie le pousse à se rapprocher de plus en plus de ceux qu’il est censé trahir. Chroniques d&#8217;une France sous les radiations Le roman décide donc d’explorer l’hypothèse d’un accident nucléaire d’une ampleur inégalée puisque Geoffrey Le Guilcher a choisi de retenir ici le scénario le moins catastrophiste en cas d’endommagement de l’usine nucléaire de La Hague. Une hypothèse basse qui équivaut tout de même à plus de six fois Tchernobyl (quand une fourchette haute établie au début des années 2000 par un rapport commandé par le Parlement européen estime que les émissions radioactives pourraient équivaloir à 66 fois celles de Tchernobyl). La documentation réunie ici par l’auteur (par ailleurs journaliste de profession) est impressionnante et lui permet de dresser un scénario plausible et donc d’autant plus effrayant. Le récit s’attarde ainsi sur toutes les phases par lesquelles les états et les populations environnantes seraient vraisemblablement à même de passer. L’auteur décrit l’effroi et la panique qui règne dans les premiers temps, puis les décisions prises par les gouvernements à l’échelle mondiale pour tenter de préserver leurs populations. Les réactions probables de ces dernières sont elles aussi bien décrites, la détresse suscitée par l’événement ne manquant pas de rendre les gens sourds aux prudentes recommandations et aux tentatives d’évacuations échelonnées de l’état. C’est cette plausibilité de la situation dépeinte qui rend le roman aussi captivant, d’autant qu’il fournit également quantité d’informations concernant les conséquences directes, à court terme, des retombées radioactives. On en apprend par exemple beaucoup sur les effet que ces radiations peuvent avoir sur notre corps ou encore sur la façon dont on peut tenter de s’en protéger pour éviter le pire. De quoi évidemment alimenter notre réflexion sur la place du nucléaire dans notre société et sur le bien fondé de poursuivre sur cette voie. Un récit inégal Là où le bât-blesse, c’est en ce qui concerne l’intrigue qui, elle, n’est pas toujours à hauteur du décor. L’auteur a choisi ici de mettre en scène deux milieux et deux façons de voir le monde qui semblent totalement s’exclure, avec d’un côté le point de vue du policier britannique infiltré partisan de l’ordre, et de l’autre celui d’un groupe d’anarchistes un peu amateurs mais animés par l’envie de vivre libres et de ne plus se plier aux injonctions de la société. Le problème, c’est que l’attitude et le regard emprunt de mépris que le héros porte sur les Jauniens rend pendant une bonne partie du roman difficile de s’attacher à l’ensemble personnages : Jack parce qu’il apparaît comme quelqu’un de froid et manipulateur et que la vision pour le moins caricaturale qu’il a des anarchistes incite à le considérer comme une sorte de petite brute dénuée de finesse ; les Jauniens parce qu’ils sont dépeints comme une bande d’amateurs un peu timbrés mêlant des profils types punk à chiens sale et vulgaire, illuminée partant dans des trips spirituels, ou encore fou furieux avide de violence. Les personnages gagnent heureusement peu à peu en nuance et en complexité, mais on éprouve tout de même quelques difficultés à se défaire de cette première impression négative. La principale critique que l’on peut formuler à l’encontre du roman réside cela dit à mon sens dans la construction de l’intrigue qui donne trop souvent l’impression de n’être là que pour servir l’exploitation par l’auteur de ce scénario d’accident nucléaire. Le fil rouge du récit est finalement assez mince et ne passionne pas tellement, la preuve en étant fournie par la conclusion totalement bâclée qui met fin à l’histoire. Enfin, j’ai eu beaucoup de mal avec plusieurs scènes assez crues, notamment une en particulier consacrée à la violence exercée par les militaires : un passage sordide au possible duquel j’ai eu beaucoup de mal à venir à bout et dont je ne suis pas convaincue de l’intérêt. Premier roman du journaliste indépendant Geoffrey Le Guilcher, « La pierre jaune » est un roman exploitant le scénario plus qu’envisageable d’un attentat nucléaire sur le site de l’usine nucléaire de La Hague. Remarquablement documenté, l’ouvrage séduit par la crédibilité de son décor ainsi que par les questionnements qu’il pose concernant la place du nucléaire dans notre politique énergétique et les risques qu’il nous fait tous encourir. L’intrigue et les personnages ne sont toutefois pas toujours à la hauteur, ce qui a tendance à progressivement émousser l’intérêt du lecteur. Autres critiques : ? Science-fiction Magazine N°122 https://science-fiction-fantastique.com/2024/04/science-fiction-magazine-n-122.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:9fc73f81-fce0-8105-0131-86fc21d69ade Thu, 04 Apr 2024 20:12:13 +0200 Science-fiction Magazine N°122 Science-fiction Magazine N°122 Trimestriel février mars avril avec un entretien de Georges CLOONEY * (réalis ateur) et Grant Heslov **(Producteur) pour le film « The boys in the boat » et Nicolas Cage pour «Dream Scenario)... Le Festin de Hemlock Vale- Prologue https://albdo.blog/2024/04/03/le-festin-de-hemlock-vale-prologue/ Albédo urn:uuid:aefe14c0-653b-10a6-1781-3746e6bcb73c Wed, 03 Apr 2024 20:33:52 +0200 Enquête de l&#8217;Université Miskatonic par ses membres : accompagnés des contacts du Dr Armitage : Pr Walter et M. Kane. Compte-rendu et notes de recherches rédigés par Dr Rosa Marquez. Juin 1926 Ce matin, nous avons atteint Hemlock Vale, l&#8217;île puis le village homonyme. Théo, notre chauffeur, nous a commenté les alentours depuis le passage &#8230; <a href="https://albdo.blog/2024/04/03/le-festin-de-hemlock-vale-prologue/" class="more-link">Lire la suite de <span class="screen-reader-text">Le Festin de Hemlock Vale-&#160;Prologue</span></a> Ils ont rejoint ma PAL (157) http://rsfblog.fr/2024/04/03/ils-ont-rejoint-ma-pal-157/ RSF Blog urn:uuid:021850c8-e29e-03f6-2715-6c2f92ba12df Wed, 03 Apr 2024 17:30:40 +0200 <p>Hop ! Le mois de mars est passé à la trappe. Côté météo, il ressemblait beaucoup à son prédécesseur : que d&#8217;eau, que d&#8217;eau. Pour le reste, le printemps est arrivé et je peux à présent dire que j&#8217;ai passé l&#8217;hiver sans soutien médicamenteux contre la dépression saisonnière qui ne me lâche pas les basques [&#8230;]</p> <p>Cet article <a href="http://rsfblog.fr/2024/04/03/ils-ont-rejoint-ma-pal-157/">Ils ont rejoint ma PAL (157)</a> est apparu en premier sur <a href="http://rsfblog.fr">RSF Blog</a>.</p> Recueil factice –Mars 2024 https://nevertwhere.blogspot.com/2024/04/recueil-factice-mars-2024.html Nevertwhere urn:uuid:a6af34a2-9080-1a16-808c-3ba857b34ad6 Wed, 03 Apr 2024 15:24:00 +0200 <div style="text-align: center;"><img alt="Bannière Recueil Factice" border="0" height="178" src="https://1.bp.blogspot.com/-2h6R8W0F7OU/XtpQdLHiaZI/AAAAAAAAeSc/hRTKa9esp105eRDCLCgbK2jFNEB4_2oNgCK4BGAsYHg/w400-h178/BanRecueilFactice.png" width="400" /></div><p> Nous voilà déjà en avril, ce qui veut dire que j’ai survécu à mon premier mois à mon nouveau boulot. On va faire simple : ce changement m’a fait le plus grand bien. Sinon j’ai quand même réussi à lire quelques livres et à regarder quelques séries. Et j’ai été malade deux fois parce que faut pas déconner non plus, on ne va pas changer une équipe qui gagne !<span></span> </p> <a name='more'></a> <p></p> <hr align="center" size="1" width="50%" /> <p style="text-align: center;"> <span style="font-size: large;"><b>LIVRES</b><br /></span> </p> <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"> <img alt="Livres lus en mars" border="0" data-original-height="600" data-original-width="405" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEi0RvRrcbRfHtbhxwkNvCDXHJUx-Dp-4pIxHUGZKcvrcl76w4erso09O5WUINDw2hrHvWRywyGZxRrsUuAjLG-p_FxioWuydQlNg8wY-a3hMX78UkSO3q_olHZSzgX3bAB3OeW3ESINDkgE0z3NeNt57p74Mq5fqNqoODi5okb7Xcu-PYpaEnN4UbMJvtLl/s16000/RF03-Livres.jpg" /> </div> <p> <b>Miss Bengalore (Le château des animaux 1) – Delep &amp; Dorison L’occupation du ciel de Gil Bartholeyns https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/04/03/loccupation-du-ciel-de-gil-bartholeyns/ Au pays des Cave Trolls urn:uuid:41c48226-3048-f7ed-ce99-8a887ee2dfdb Wed, 03 Apr 2024 08:59:15 +0200 L&#8217;occupation du ciel est le second roman de Gil Bartholeyns, mais son premier dans le domaine de l&#8217;Imaginaire. Le livre est publié par Rivages dans la collection Imaginaire. L&#8217;auteur est le premier auteur francophone à figurer dans cette collection. Dans un futur proche, une mission très coûteuse de trois ans sur Mars est lancée. Elle [&#8230;] <div class="wp-block-image"> <figure class="aligncenter size-large"><img width="300" height="439" data-attachment-id="51732" data-permalink="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/04/03/loccupation-du-ciel-de-gil-bartholeyns/9782743662424_w300/" data-orig-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/9782743662424_w300.jpg" data-orig-size="300,439" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="9782743662424_w300" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/9782743662424_w300.jpg?w=205" data-large-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/9782743662424_w300.jpg?w=300" src="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/9782743662424_w300.jpg?w=300" alt="" class="wp-image-51732" srcset="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/9782743662424_w300.jpg 300w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/9782743662424_w300.jpg?w=103 103w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/9782743662424_w300.jpg?w=205 205w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" /></figure></div> <p><em>L&rsquo;occupation du ciel</em> est le second roman de Gil Bartholeyns, mais son premier dans le domaine de l&rsquo;Imaginaire. Le livre est publié par Rivages dans la collection Imaginaire. L&rsquo;auteur est le premier auteur francophone à figurer dans cette collection.</p> <p>Dans un futur proche, une mission très coûteuse de trois ans sur Mars est lancée. Elle doit préfigurer le début de la colonisation de la planète rouge. Hélas, la mission est un terrible échec, se soldant par la mort de tous les astronautes sauf un, Clay Sawyer. Ce dernier est victime d&rsquo;amnésie post-traumatique, profondément marqué par la perte de sa compagne qui faisait partie de la mission, et par le choc de ce qu&rsquo;il a vécu. Clay essaye de reprendre sa vie, voyant médecin sur médecin pour essayer de comprendre ce qui a pu se produire. L&rsquo;Agence spatiale à l&rsquo;origine du projet essaye malgré tout de sauver le programme de colonisation et fait porter l&rsquo;échec de la mission sur Clay. Pendant ce temps, la situation sur Terre est loin d&rsquo;être agréable, le dérèglement climatique continue ses ravages, et la Californie est en proie à une vague d&rsquo;incendies.</p> <p>Le thème principal du roman est le rêve d’exploration spatiale de l’humanité face à la réalité du changement climatique. Le roman pose la question de savoir s&rsquo;il est raisonnable de dépenser des sommes astronomiques dans le but de coloniser une planète morte au lieu de penser à sauver une planète bien vivante qui est en danger. C&rsquo;est une question très intéressante, et qui mérite beaucoup de réflexions. Hélas, Gil Bartholeyns échoue à y répondre. Il se focalise trop sur son personnage principal et son parcours pour rendre son récit réellement percutant. Surtout, il se passe peu de choses dans le roman, on s&rsquo;y ennuie vite, attendant patiemment qu&rsquo;il se produise un évènement. Et presque 300 pages sans rien ça devient long, même si le sujet est intéressant, même si on partage le point de vue du personnage et de l&rsquo;auteur. Le drame vécu par le protagoniste qui a tout perdu ne suffit pas à passionner. Le tableau glaçant d’une humanité en déroute, qui subit les dérèglements qu&rsquo;elle a créé, n’a pas suffi à m’émouvoir. Les réflexions presque philosophiques du personnage principal ont peu d&rsquo;intérêt, à part pour apprendre des mots nouveaux.</p> <p><em>L&rsquo;occupation du ciel</em> est malheureusement pour moi un rendez-vous raté. Le sujet est intéressant et le pitch prometteur, mais je ne suis jamais arrivée à entrer dans cette histoire.</p> <p>Autres avis:</p> <p>Auteur: Gil Bartholeyns</p> <p>Éditions: Rivages/Imaginaire</p> <p>Parution: 06/03/2024</p> <p>De retour sur Terre, Clay, l&rsquo;unique survivant d&rsquo;une funeste mission de trois ans sur Mars, fait l&rsquo;objet de beaucoup d&rsquo;interrogations. Atteint d&rsquo;une amnésie post-traumatique, il peine à se souvenir des conditions de son improbable voyage. Alors que la Californie est en proie à une vague d&rsquo;incendies, son destin tragique écorne le mythe de la colonisation martienne et effraie l&rsquo;agence spatiale, laquelle voudrait nier sa responsabilité dans le fiasco pour continuer son programme.</p> Reprise https://albdo.blog/2024/04/02/reprise/ Albédo urn:uuid:1053990d-f820-6dc3-1633-3a384275bad8 Tue, 02 Apr 2024 19:55:13 +0200 Le blog va reprendre enfin une activité après quelques semaines de pause. J&#8217;ai expliqué lors de mon dernier article que j&#8217;avais été sérieusement malade, la convalescence a été plus longue que ce que j&#8217;espérais et j&#8217;ai contaminé mon époux, plus fragile. Nous sommes à présent tous les deux sur pied, et il se remet relativement &#8230; <a href="https://albdo.blog/2024/04/02/reprise/" class="more-link">Lire la suite de <span class="screen-reader-text">Reprise</span></a> L’art et l’âme de Dune, de Tanya Lapointe et Stefanie Broos https://www.lorhkan.com/2024/04/01/lart-et-lame-de-dune-de-tanya-lapointe-et-stefanie-broos/ SF - Lorhkan et les mauvais genres urn:uuid:270fe437-fe68-d505-c52f-de1f0e209b77 Tue, 02 Apr 2024 18:47:14 +0200 <img src="https://www.lorhkan.com/wp-content/uploads/2024/03/Lart-et-lâme-de-Dune-Lapointe-Broos-une.jpg" width="800" height="400"><br><br><p>« Dune » encore, avec les films une nouvelle fois, mais cette fois en s’intéressant aux livres consacrés à la réalisation des dits films et qui ont accompagné chacun d’entre eux, comme on en voit souvent lors des « grosses » sorties cinés. Retour donc sur des volumes qui sont autant des artbooks que…</p><p style="text-align:center;"> <a class="more-link" href="https://www.lorhkan.com/2024/04/01/lart-et-lame-de-dune-de-tanya-lapointe-et-stefanie-broos/">Suite -></a> </p> Album Culte - Louise Roullier https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/04/album-culte-louise-roullier.html Les Lectures du Maki urn:uuid:940ffefe-d602-2697-d9f3-1e77ae057922 Tue, 02 Apr 2024 07:30:00 +0200 <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEg9PijkFWkDjCQ1-KG8wTnbrbW_53I6kenyczbkvtxmHDTgqlmDc2K02US7Hby9ZSipvkTk36JIoEO5EJ_A7oH_GJx8Wc_3ILcVSXITEJ1TOju_tNS9RTOmcZqr27RgUPZUNMg46uO4dXRH94F_CI2L5CP90ZLaVnfVyEBlUEwr9mwGlloanzvyebkMmoA/s529/album.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="529" data-original-width="388" height="320" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEg9PijkFWkDjCQ1-KG8wTnbrbW_53I6kenyczbkvtxmHDTgqlmDc2K02US7Hby9ZSipvkTk36JIoEO5EJ_A7oH_GJx8Wc_3ILcVSXITEJ1TOju_tNS9RTOmcZqr27RgUPZUNMg46uO4dXRH94F_CI2L5CP90ZLaVnfVyEBlUEwr9mwGlloanzvyebkMmoA/s320/album.jpg" width="235" /></a></div><div style="text-align: center;"><span style="font-family: courier; font-size: x-large;">Ode à la musique</span></div><br /><div style="text-align: justify;">Après <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2019/11/vous-prendrez-bien-quelques-nouvelles-5.html" target="_blank"><i>Infiniment</i></a>, une nouvelle vertigineuse, <b>Louise Roullier</b> revient dans la collection <b><i>Chronopages</i></b> avec <i>Album Culte</i>, une petite histoire tout en musicalité.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Laura Matelle, quarante ans après la mystérieuse disparition de son père Alexandre, contacte Fabien Pinatti l'un de ses amis d'enfance. Alex était un passionné de musique et vouait en particulier un culte au groupe anglais Khron. Depuis plusieurs années il essayait de dénicher leur troisième album, quasiment introuvable. Un album culte puisqu'il s'agit du dernier du groupe dont tous les membres se sont volatilisés juste avant sa sortie...</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">A partir d'une histoire très classique agrémentée d'une petite touche de fantastique, <b>Louise Roullier</b> nous entraine doucement dans son univers musical. A travers cette nouvelle efficace et de toute beauté, habilement construite, l'autrice trace son sillon jusqu'à cette chute inévitable qui même si elle se dessine rapidement ne peut que nous émouvoir.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><i>Album Culte</i> est une ode à la musique, à la fois poétique et délicate, un récit sans fausse note, un réel plaisir de lecture qui confirme tout le talent de l'autrice dont on surveillera de près les prochaines parutions.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><br /></div> Carnet de bord – mars 2024 https://bibliosff.wordpress.com/2024/04/01/carnet-de-bord-mars-2024/ Les Lectures de Xapur urn:uuid:42c4e57c-bb1c-791a-a619-1ee75537b08f Mon, 01 Apr 2024 19:10:01 +0200 Comics, lectures, films, séries, jeux... le récap mensuel ! <p>Comme tous les mois, voici mon billet culturel concernant lectures (livres, comics et BD), visionnages (films ou séries télévisées), et jeux (vidéos ou de rôle).</p> <span id="more-17767"></span> <h2 class="wp-block-heading">Livres</h2> <figure data-carousel-extra='{"blog_id":26269565,"permalink":"https:\/\/bibliosff.wordpress.com\/2024\/04\/01\/carnet-de-bord-mars-2024\/"}' class="wp-block-gallery has-nested-images columns-default is-cropped wp-block-gallery-1 is-layout-flex wp-block-gallery-is-layout-flex"> <figure class="wp-block-image size-large"><a href="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg"><img data-attachment-id="17439" data-permalink="https://bibliosff.wordpress.com/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier/" data-orig-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg" data-orig-size="627,1000" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="la sans etoiles loin des iles mauves chloe chevalier" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=188" data-large-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=627" width="627" height="1000" data-id="17439" src="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=627" alt="Loin des îles mauves, tome 1 : La Sans-Étoiles Chloé Chevalier" class="wp-image-17439" srcset="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg 627w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=94 94w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=188 188w" sizes="(max-width: 627px) 100vw, 627px" /></a></figure> <figure class="wp-block-image size-large"><a href="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg"><img data-attachment-id="17774" data-permalink="https://bibliosff.wordpress.com/?attachment_id=17774" data-orig-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg" data-orig-size="643,1000" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="livre martyrs 7 souffle moissonneur" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg?w=193" data-large-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg?w=643" width="643" height="1000" data-id="17774" src="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg?w=643" alt="livre des martyrs tome 7 le souffle du moissonneur" class="wp-image-17774" srcset="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg 643w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg?w=96 96w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/03/livre-martyrs-7-souffle-moissonneur.jpg?w=193 193w" sizes="(max-width: 643px) 100vw, 643px" /></a></figure> </figure> <p>Peu de lectures ce mois-ci, j&rsquo;ai commencé par lire <a href="https://bibliosff.wordpress.com/2024/03/29/loin-des-iles-mauves-livre-1-la-sans-etoiles-chloe-chevalier/">Loin des Iles Mauves, livre 1 : <strong>la Sans-Etoiles</strong> de Chloé Chevalier</a>, une autrice dont j&rsquo;avais aimé <em>Les Récits du Demi-Loup</em> et qui revient ici en YA-mais-pas-trop. Le second tome sort d&rsquo;ailleurs dans quelques jours et j&rsquo;en serai parce que j&rsquo;ai aimé le premier.</p> <p>Sans transition et dans un registre bien différent, je me suis motivé à soulever <s>la brique</s> <em>Le Livre des Martyrs, tome 7 : Le Souffle du Moissonneur</em> de Steven Erikson, qui suit, c&rsquo;est logique, le <a href="https://bibliosff.wordpress.com/2022/05/25/le-livre-des-martyrs-tome-5-les-marees-de-minuit-steven-erikson/">tome 5</a> lu il y a deux ans&#8230; (que j&rsquo;aurais dû relire, mais son volume m&rsquo;a dissuadé^^). Je n&rsquo;ai lu que 250 pages à ce jour, sur 1200 !, je n&rsquo;en dirai donc pas plus !</p> <h2 class="wp-block-heading">Comics &amp; BD</h2> <p>Rien du tout ce mois-ci (encore) !</p> <h2 class="wp-block-heading">Jeux de rôle et vidéo</h2> <p>Pas de partie de jeu de rôle pour cause de planningite aigüe et pas ou peu de jeu vidéo pour cause de fatigue le soir.</p> <h2 class="wp-block-heading">Films &amp; Séries</h2> <div class="wp-block-media-text is-stacked-on-mobile"><figure class="wp-block-media-text__media"><img data-attachment-id="17720" data-permalink="https://bibliosff.wordpress.com/2024/02/29/carnet-de-bord-fevrier-2024/the-expanse-saison-6/" data-orig-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/the-expanse-saison-6.webp" data-orig-size="1000,1500" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="the-expanse-saison-6" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/the-expanse-saison-6.webp?w=200" data-large-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/the-expanse-saison-6.webp?w=683" width="200" height="300" src="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/the-expanse-saison-6.webp?w=200" alt="The expanse saison 6" class="wp-image-17720 size-full" srcset="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/the-expanse-saison-6.webp?w=200 200w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/the-expanse-saison-6.webp?w=400 400w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/the-expanse-saison-6.webp?w=100 100w" sizes="(max-width: 200px) 100vw, 200px" /></figure><div class="wp-block-media-text__content"> <p>J&rsquo;ai fini, presque la larme à l&rsquo;oeil, la série <strong>The Expanse</strong>, et si elle comprend quelques défauts, cette saga de SF est quand même de haute volée. Elle me donnerait presque envie de lire les livres, si je n&rsquo;avais pas un rythme lympathique !</p> <p>J&rsquo;avance toujours dans la dernière saison de <strong>Formula One</strong> en alternance avec les grands prix dont la saison a repris.</p> </div></div> <h2 class="wp-block-heading">La Vie de ma PAL</h2> <p><strong>La Vie de ma PAL</strong> vous présente de façon succincte mes entrées et sorties de PAL. Les liens vers mes avis seront mis à jour à leur parution.</p> <h3 class="wp-block-heading"><strong>Entrées</strong></h3> <ul> <li><strong>La trilogie baryonique, tome 1 : La tragédie de l&rsquo;orque</strong> &#8211; Pierre Raufast</li> </ul> <p>Ce qui fait <strong>1 entrée</strong>.</p> <h3 class="wp-block-heading"><strong>Sorties</strong></h3> <ul> <li><a href="https://bibliosff.wordpress.com/2024/03/29/loin-des-iles-mauves-livre-1-la-sans-etoiles-chloe-chevalier/"><strong>Loin des Iles Mauves, livre 1 : la Sans-Etoiles</strong> &#8211; Chloé Chevalier</a></li> <li><strong>Le Livre des Martyrs, tome 7 : Le Souffle du Moissonneur</strong> &#8211; Steven Erikson</li> </ul> <p>Ce qui fait <strong>2</strong> <strong>sorties</strong> <em>(je compte tout livre commencé, même s’il n’a pas été fini à la date de rédaction de ce billet).</em></p> <h3 class="wp-block-heading">Bilan</h3> <p><strong>Et donc un bilan de &#8211; 1 pour ma PAL à fin mars.</strong></p> <hr class="wp-block-separator has-alpha-channel-opacity" /> <p><em>Retrouvez mes autres carnets de bord mensuels au bout de ce&nbsp;<strong><a href="https://bibliosff.wordpress.com/tag/carnet-de-bord-mensuel/">clic</a></strong>&nbsp;!</em></p> Becky Chambers - Archives de l'exode https://233degrescelsius.blogspot.com/2024/03/becky-chambers-archives-de-lexode.html 233°C urn:uuid:a1bb4d64-af52-01f5-4946-847d6584f5b0 Sun, 31 Mar 2024 18:18:00 +0200 <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEh-YOudawC4y_pil69wZhOMUy7SJCKYD_bBjW_61kZznYDY5cd6NjzvWmPa8XCsAiQ9a6ZDVGlYihyaeIR3uSy8JLkzSL-tI50NKEanZ-wdGYNfznqmZCTuY63WXgH7-ZgLh74fCXlNS2Vu8bjonEoRVdLjoAdKo_lKs6L27r77qICPsBahF104aCn_30by/s1000/archivesdelexode.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="1000" data-original-width="725" height="400" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEh-YOudawC4y_pil69wZhOMUy7SJCKYD_bBjW_61kZznYDY5cd6NjzvWmPa8XCsAiQ9a6ZDVGlYihyaeIR3uSy8JLkzSL-tI50NKEanZ-wdGYNfznqmZCTuY63WXgH7-ZgLh74fCXlNS2Vu8bjonEoRVdLjoAdKo_lKs6L27r77qICPsBahF104aCn_30by/w290-h400/archivesdelexode.jpg" width="290" /></a></div><div style="text-align: center;"><i>Archives de l'exode, Becky Chambers, Tome 3/? des Voyageurs, 2018, 364 pages</i></div><br /> Il y a fort longtemps, lorsqu'ils ont quitté leur Terre dévastée, les humains sont partis à bord de gigantesques vaisseaux-mondes, la Flotte d'exode. Si les descendants des terriens ont désormais essaimés sur d'autres planètes, la Flotte est toujours là, en orbite autour d'un soleil, formant un territoire aux moeurs particulières. <i>Archives de l'exode</i> suit 5 personnages vivant sur l'Asteria, un vaisseau de cette Flotte.<br /><br /> <i>Archives de l'exode</i> est dans la droite lignée des précédents romans de la série des Voyageurs mais n'en est nullement une répétition, ne serait-ce que dans son schéma général. Alors que <a href="https://233degrescelsius.blogspot.com/2020/10/becky-chambers-lespace-dun-an.html"><span style="color: #da901f;"><i>L'Espace d'un an</i></span></a> suivait un petit équipage au complet et que <a href="https://233degrescelsius.blogspot.com/2023/03/becky-chambers-libration.html"><span style="color: #da901f;"><i>Libration</i></span></a> suivait un personnage principal, <i>Archives de l'exode</i> suit plusieurs personnages qui ne sont pas liés entre eux même s'ils se croiseront aux détours de leurs vies respectives. Ce n'est pas une différence révolutionnaire mais cela donne tout de même le sentiment de lire des romans réellement différents et ayant leurs identités propres. Le même constat vaut pour les idées développées, proches dans leur thématique générale mais pourtant sensiblement différentes à chaque fois. Ce renouvellement est une des grandes qualités de la série.<br /><br /> Cette lecture m'a aussi confirmé pourquoi je préfère très largement les romans de Becky Chambers à ses novellas <a href="https://233degrescelsius.blogspot.com/search/label/Histoires%20de%20moine%20et%20de%20robot"><span style="color: #da901f;"><i>Histoires du moine et du robot</i></span></a>, les deux partageant pourtant une même thématique de recherche de sa place dans le monde. Outre qu'elle y a plus de temps pour développer son propos, Becky Chambers y propose surtout plus de situations concrètes et variées, qui sonnent bien plus vraies notamment car il y a - très modérément - un peu d'antagonisme. Et avec aussi un peu plus de subtilité, où tout du moins une meilleure intégration des idées au récit, permettant une lecture à la fois prenante dans son déroulé, attachante par ses personnages et touchante lors de quelques très beaux passages, parfois pourtant assez anodins. <i>Archives de l'exode</i> est une nouvelle fois une combinaison du meilleur de ce que Becky Chambers a à proposer. <blockquote>« <i>Grâce au sol, debout ; grâce aux vaisseaux, vivants ; par les étoiles, l'espoir.</i> »</blockquote> <i>Couverture : Nicolas Sarter / Traduction : Marie Surgers</i><br /> <i>D'autres avis : <a href="https://parchmentsha.fr/archives-de-lexode-becky-chambers/"><span style="color: #da901f;">Shaya</span></a>, <a href="https://yuyine.be/review/book/les-voyageurs-tome-3-archives-de-l-exode"><span style="color: #da901f;">Yuyine</span></a>, <a href="https://ombrebones.wordpress.com/2019/12/04/archives-de-lexode-becky-chambers/"><span style="color: #da901f;">OmbreBones</span></a>, ...</i> La Route en BD : Manu Larcenet au sommet de son art https://justaword.fr/la-route-en-bd-manu-larcenet-au-sommet-de-son-art-42985991bd6d?source=rss----3d0c2a32b44--science_fiction Science Fiction in Juste un mot on Medium urn:uuid:a1177a61-6048-94b4-0314-bfe349b016a9 Sun, 31 Mar 2024 14:07:16 +0200 <figure><img alt="" src="https://cdn-images-1.medium.com/max/1024/1*W5cbVQ-QXRA50eu5plpCwQ.jpeg" /></figure><h3>La Route en BD : Manu Larcenet au sommet de son art</h3><h4>Nous sommes ses Prophètes</h4><figure><img alt="" src="https://cdn-images-1.medium.com/max/250/1*FW8v3Q3Rvzkb1ct_3EZfjw.jpeg" /></figure><p>Sorti en 2007, <strong>La Route</strong> de l’américain <strong>Cormac McCarthy </strong>est aujourd’hui un classique de la littérature, récompensé à juste titre par le Prix <em>Pullitzer </em>et déjà adapté par <strong>John Hillcoat</strong> pour le grand écran.<br>Cette année, c’est un autre support qui accueille la magnificence de cette oeuvre au noir : la bande-dessinée. <br>Pour le mettre en images, les éditions <em>Dargaud </em>ont confié l’affaire à l’un des plus grand dessinateurs-auteurs du domaine : <strong>Manu Larcenet</strong>. <br>Que trouvera-t-on cette fois sur <strong>La Route</strong> ?</p><figure><img alt="" src="https://cdn-images-1.medium.com/max/1024/1*fcne857p0thFd2fhKv6WPA.jpeg" /></figure><figure><img alt="" src="https://cdn-images-1.medium.com/max/1024/1*jnGK4uCz00zPa8c6L3HEIA.jpeg" /></figure><h3>Des cendres et la fin du monde</h3><p><strong>La Route </strong>raconte une histoire d’une simplicité désarmante. <br>Celle d’un père et de son fils en guenilles qui avancent encore et encore sur une route sans nom dans un monde mort. <br>L’Apocalypse a eu lieu, les feux et l’homme ont ravagé tout ce qui existe pour n’en laisser qu’un cadavre froid. <br>Au cours de leur périple, ils rencontreront d’autres hommes, des survivants comme eux. Certains voudront les tuer, d’autres se cacheront. <br>Il en existe même qui veulent manger. Tout. <em>N’importe quoi</em>.<br>En s’emparant de cette histoire en forme de mythe, comme une parabole sur l’amour et le lendemain, <strong>Manu Larcenet </strong>trouve un terrain de jeu à la hauteur de son talent. <br>Il dépeint ce monde glacial en gris délavé qui ne se réhausse presque jamais de véritables couleurs, ou alors affadies, vieillies, fatiguées.<br>Le monde n’a plus de couleur, il est un enfer gris où les cadavres s’accumulent, ou les scènes murmurent le passé, aussi terrible soit-il. <br><strong>Manu Larcenet</strong> a l’art du laconique, comme <strong>McCarthy</strong>. <br>Sauf qu’il emploie des crayons pour le non-dire à la place de la plume.<br>On se trimballe de villes désossées et villages abandonnées, on regarde les morts se balancer la corde au cou et l’on s’interroge sur l’horizon, où les personnages voient parfois des choses quand nous-mêmes ne voyons rien.<br>Au cœur de cette avancée inlassable, l’amour d’un père en son fils, l’amour total qui détruirait le monde s’il venait à le perdre. <br>Il n’y aurait plus de monde sans lui.</p><blockquote>« Dites-lui bien qu’il n’y a pas de Dieu et que nous sommes ses prophètes. »</blockquote><h3>Le gentil pour dernier refuge</h3><p><strong>Manu Larcenet</strong> montre l’horreur sous toutes ses formes, les choses qui ont transformé l’homme en monstre. Qui laisse des traces. <br>Des caches de nourritures semi-vivantes ou des sectes qui se traînent dans la poussière.<br>Deux choses hantent le récit : la mort et le bien. <br>La première est omniprésente, elle semble inéluctable et pourtant le Père refuse que son fils pense à la Mort. Il veut qu’il vive, par tous les moyens possibles. La Mort est le tabou de la délivrance qu’on doit enseigner mais qu’il faut éviter de regarder. Sinon, elle nous rentre dans la tête.<br>Comme l’horreur, comme le Mal.<br>Dans un monde où tout s’est écroulé, la morale n’existe plus.<br>En fait, elle n’a même plus aucun sens. <br>Sauf pour l’enfant. <br>« <em>Nous sommes les gentils ?</em> » répète-t-il à son père régulièrement ?<br>La réponse est oui, bien évidemment. Toute personne veut être le gentil de l’histoire. Celui qui n’est pas le vilain, le monstre. <br>Mais quel sens quand les notions de bien et de mal n’existent plus ?<br>Quand plus rien n’existe.<br>Comment peut-on être humain demain quand être gentil peut signifier la mort ou d’abominables tortures ?<br><strong>Manu Larcenet </strong>regarde le monde en imaginant un autre possible, celui d’un enfant qui veut continuer à être gentil même si cela n’a plus de sens. <br>On retrouve les couleurs dans l’ancien, dans les décombres de l’avant. <br>Dans une canette ou un emballage encore intact. <br>Aussi dans les yeux de l’enfant, dans sa volonté, jusqu’au bout d’être gentil. <br>Le père sait pourtant le risque, lui ne peut plus se permettre.<br>Alors il doit préparer son fils du mieux qu’il le peut.<br>Comment dire à son enfant qu’il n’y a plus d’espoir nul part et que la dernière balle doit être gardé pour soi-même ?<br>Peut-être en lui laissant sa chance. Peut-être. <br>En suivant la Route. Sa Route.<br>Et la gentilesse pourrait sauver le monde.</p><figure><img alt="" src="https://cdn-images-1.medium.com/max/1024/1*j0BZkghY7pzXNokj0Uqu8Q.jpeg" /></figure><h4>Œuvre terrible transcendée par le talent d’un Manu Larcenet au somme de son art, La Route en bande-dessinée est un crève-cœur et un tour de force complet où le trait se fond avec le drame et l’amour. <br>C’est immense, c’est grandiose. <br>C’est Larcenet.</h4><h4>Note : 10/10</h4><figure><img alt="" src="https://cdn-images-1.medium.com/max/1024/1*FUNiGO0CUZNXeCoKYMt-xQ.jpeg" /></figure><img src="https://medium.com/_/stat?event=post.clientViewed&referrerSource=full_rss&postId=42985991bd6d" width="1" height="1" alt=""><hr><p><a href="https://justaword.fr/la-route-en-bd-manu-larcenet-au-sommet-de-son-art-42985991bd6d">La Route en BD : Manu Larcenet au sommet de son art</a> was originally published in <a href="https://justaword.fr">Juste un mot</a> on Medium, where people are continuing the conversation by highlighting and responding to this story.</p> Une BD : Le Problème à trois corps – Liu Cixin & XuDong Cai https://lepauledorion.com/2024/03/31/une-bd-le-probleme-a-trois-corps-liu-cixin-xudong-cai/ L'épaule d'Orion urn:uuid:83ca398e-5030-4411-3d97-fddd67c8a4f7 Sun, 31 Mar 2024 13:17:31 +0200 Le Problème à trois corps, parlons-en. C’est l’actu du moment portée par l’adaptation en série sur Netflix. Qu’en dire&#160;? Je trouve qu’elle fonctionne bien en tant que série Netflix, avec tout ce que ça implique en termes de choix narratifs, de décentrage culturel et de casting. Mais nous sommes très éloignés du roman de Liu &#8230; <a class="more-link" href="https://lepauledorion.com/2024/03/31/une-bd-le-probleme-a-trois-corps-liu-cixin-xudong-cai/">Lire la suite <span class="screen-reader-text">Une BD : Le Problème à trois corps – Liu Cixin &#38; XuDong&#160;Cai</span></a> <div class="wp-block-image"> <figure class="alignleft size-large is-resized"><img width="640" height="922" data-attachment-id="14876" data-permalink="https://lepauledorion.com/2024/03/31/une-bd-le-probleme-a-trois-corps-liu-cixin-xudong-cai/bd-a-trois-corps/" data-orig-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/bd-a-trois-corps.jpg" data-orig-size="640,922" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="bd-a-trois-corps" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/bd-a-trois-corps.jpg?w=208" data-large-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/bd-a-trois-corps.jpg?w=640" src="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/bd-a-trois-corps.jpg?w=640" alt="" class="wp-image-14876" style="width:365px;height:auto" srcset="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/bd-a-trois-corps.jpg 640w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/bd-a-trois-corps.jpg?w=104 104w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/bd-a-trois-corps.jpg?w=208 208w" sizes="(max-width: 640px) 100vw, 640px" /></figure></div> <p class="has-text-align-justify">Le Problème à trois corps, parlons-en. C’est l’actu du moment portée par l’adaptation en série sur Netflix. Qu’en dire&nbsp;? Je trouve qu’elle fonctionne bien en tant que série Netflix, avec tout ce que ça implique en termes de choix narratifs, de décentrage culturel et de casting. Mais nous sommes très éloignés du roman de Liu Cixin, et par certains aspects, notamment la mise en avant des personnages lorsque le roman s’intéresse plus à l’expérience collective, elle relève presque du contre-sens. La dimension purement science-fictive passe en arrière-plan et la série allège la prise avec la science, sujet central dans le roman. Bref, l’adaptation Netflix du texte qui a remporté le prix Hugo du meilleur roman en 2015 et fait connaître son auteur dans le monde entier, est une réduction forte du propos et de l’intrigue.</p> <p class="has-text-align-justify">Cette année, sort une autre adaptation &#8211; c’est à celle-ci que ce billet est consacré &#8211; sous forme de BD, supervisée par l’auteur et mise en image par XuDong Cai. Nous avons en main un volumineux volume de 368 pages en grand format de 185 x 260 x 24 qui n’est que le premier d’une série en cinq tomes adaptant exclusivement Le Problème à trois corps, soit le premier roman de la trilogie de Lui Cixin. Il est publié chez Hachette Heroes dans la collection Le Rayon Imaginaire, qui surprend en publiant son premier roman graphique. La traduction est réalisée par Gwennaël Gaffric qui avait déjà traduit en français le roman. Enfin, il est vendu à 25€, prix habituel pour un roman graphique, mais à multiplier par cinq pour la série complète. La sortie des volumes suivants s’étalera tout au long de l’année, tous les 3 à 4 mois, avec le cinquième et dernier prévu pour début 2025. Voilà pour les informations pratiques. J’ajouterai qu’il est présenté sous un bel écrin broché à la fabrication qualitative.</p> <p class="has-text-align-justify">Ce premier tome débute sur le deuxième chapitre du roman en français, c’est-à-dire celui intitulé « Les Frontières de la science », ce qui est par ailleurs le sous-titre du volume, et on entre directement dans l’enquête menée par le policier déchu Shi Quiang sur la disparition mystérieuse de scientifiques renommés. Ce découpage semble reprendre celui du roman original en chinois qui relègue à plus tard le flash-back sur la révolution culturelle. On doit donc s’attendre à le retrouver dans un tome ultérieur. Le choix narratif est ici à l’opposé de celui fait pour la série Netflix. Les auteurs prennent le temps de développer les bases de l’histoire et, que ce soit du point de vue des personnages ou du rythme du récit, cette adaptation se montre très fidèle au roman. Cela explique évidemment le nombre de planches et le volume généreux qui devrait dépasser les 1500 planches sur les cinq tomes. Je ne connais pas la BD chinoise, mais les illustrations sont proches des mangas japonais modernes qui font le choix de la lisibilité avec planches aérées qui évitent la surcharge en détails. Là aussi, la mise en images est proche de la tonalité du roman, où de ce qu’on pouvait imaginer à la lecture. Ici, rien ne transpire la joie et la gravité du propos est inscrite dans le cadre. L’ensemble reste toutefois digeste et d’un abord plus aisé que le roman.</p> <p class="has-text-align-justify">Premier tome d’une série à venir de cinq au total, il est trop tôt pour s’avancer et jurer de la qualité de cette adaptation. On retiendra pour le moment la beauté formelle de l’objet, et la grande fidélité au texte, tant sur la forme que dans l&rsquo;esprit. Rendez-vous en juin prochain pour le deuxième tome.</p> <figure data-carousel-extra='{"blog_id":143414797,"permalink":"https:\/\/lepauledorion.com\/2024\/03\/31\/une-bd-le-probleme-a-trois-corps-liu-cixin-xudong-cai\/"}' class="wp-block-gallery has-nested-images columns-default is-cropped wp-block-gallery-1 is-layout-flex wp-block-gallery-is-layout-flex"> <figure class="wp-block-image size-large"><img width="657" height="1024" data-attachment-id="14879" data-permalink="https://lepauledorion.com/2024/03/31/une-bd-le-probleme-a-trois-corps-liu-cixin-xudong-cai/20240331_125940/" data-orig-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg" data-orig-size="2269,3537" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;1.8&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;SM-A236B&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1711889981&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;4&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;50&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.02&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="20240331_125940" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=192" data-large-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=657" data-id="14879" src="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=657" alt="" class="wp-image-14879" srcset="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=657 657w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=1314 1314w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=96 96w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=192 192w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_125940.jpg?w=768 768w" sizes="(max-width: 657px) 100vw, 657px" /></figure> <figure class="wp-block-image size-large"><img width="603" height="1023" data-attachment-id="14880" data-permalink="https://lepauledorion.com/2024/03/31/une-bd-le-probleme-a-trois-corps-liu-cixin-xudong-cai/20240331_130026/" data-orig-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg" data-orig-size="2202,3739" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;1.8&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;SM-A236B&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1711890026&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;4&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;40&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.01&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="20240331_130026" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=177" data-large-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=603" data-id="14880" src="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=603" alt="" class="wp-image-14880" srcset="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=603 603w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=1206 1206w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=88 88w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=177 177w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/20240331_130026.jpg?w=768 768w" sizes="(max-width: 603px) 100vw, 603px" /></figure> </figure> <p> </p> <hr class="wp-block-separator has-alpha-channel-opacity" /> <ul> <li><strong>Titre : </strong>Le problème à trois corps : (1) les frontières de la science</li> <li><strong>Auteurs :</strong> Lui Cixin, Jin Cai, Silver, Lu Twilight</li> <li><strong>Illustrateur :</strong> XuDong Cai</li> <li><strong>Traducteur :</strong> Gwennaël Gaffric</li> <li><strong>Publication :</strong> mars 2024, Hachette Heroes, coll. Le Rayon Imaginaire</li> <li><strong>Nombre de pages :</strong> 368</li> <li><strong>Format :</strong> livre broché (25€)</li> </ul> Soif de sang – Rivers Solomon https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/31/soif-de-sang-rivers-solomon/ Au pays des Cave Trolls urn:uuid:8d4907f8-a94c-2aa0-a4b2-b255706eb094 Sun, 31 Mar 2024 08:43:58 +0200 Soif de sang est un court recueil de 8 textes inédits de l’auteurice Rivers Solomon, publié par les éditions Aux Forges de Vulcain fin 2023. Les textes de ce livre sont des textes fictionnels et non fictionnels parus dans divers périodiques anglophones. Ces nouvelles reprennent les thématiques déjà présentes dans les romans de Rivers Solomon, [&#8230;] <div class="wp-block-image"> <figure class="aligncenter size-large is-resized"><img width="280" height="410" data-attachment-id="51820" data-permalink="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/31/soif-de-sang-rivers-solomon/hd_afdv_soifdesang_couv-280x410-1/" data-orig-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/hd_afdv_soifdesang_couv-280x410-1.jpg" data-orig-size="280,410" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="hd_afdv_soifdesang_couv-280&#215;410-1" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/hd_afdv_soifdesang_couv-280x410-1.jpg?w=205" data-large-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/hd_afdv_soifdesang_couv-280x410-1.jpg?w=280" src="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/hd_afdv_soifdesang_couv-280x410-1.jpg?w=280" alt="" class="wp-image-51820" style="width:316px;height:auto" srcset="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/hd_afdv_soifdesang_couv-280x410-1.jpg 280w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/hd_afdv_soifdesang_couv-280x410-1.jpg?w=102 102w" sizes="(max-width: 280px) 100vw, 280px" /></figure></div> <p><em>Soif de sang </em>est un court recueil de 8 textes inédits de l’auteurice Rivers Solomon, publié par les éditions Aux Forges de Vulcain fin 2023. Les textes de ce livre sont des textes fictionnels et non fictionnels parus dans divers périodiques anglophones. Ces nouvelles reprennent les thématiques déjà présentes dans les romans de Rivers Solomon, ainsi que des thèmes beaucoup plus personnels. Ils permettent ainsi de mieux comprendre son œuvre.</p> <p>La première nouvelle porte le titre du livre, <em><strong>Soif de sang</strong></em>, et parle d’esclavagisme. Il raconte la révolte d&rsquo;une esclave face à ses anciens maîtres de manière très sanglante. Malgré tout ce qu&rsquo;elle aura tenté, la jeune femme ne se sentira jamais vraiment libre et souffre d&rsquo;une incapacité à trouver le bonheur. Un texte marquant qui aborde de front les horreurs de l&rsquo;esclavage de manière juste sans rien cacher.</p> <p>Les deux textes suivants ne sont pas fictionnels. Dans <strong><em>Des réceptacles damnés et abîmés </em></strong>, Rivers Solomon raconte son parcours de vie et ses questionnements par rapport à la maternité qui ont évolué au fil du temps. <strong><em>La fureur d’une jeune femme noire</em></strong> est un texte hybride qui parle d&rsquo;une période de la vie de l’auteurice et un problème plus général, celui des troubles mentaux. Rivers Solomon y parle de sa vie de personne noire et queer, et le rejet de la société par rapport à elle. Un texte qui permet de mieux comprendre son parcours, de s&rsquo;interroger sur la santé mentale, sur la société.</p> <p><strong><em>Flux </em></strong> est une nouvelle plus orientée science-fiction, avec un univers où tout le monde peut se connecter en ligne, enregistrer et partager tout ce qu’il voit. Un texte court mais pourtant très riche en thématiques. <strong><em>Avant d’être avalée </em></strong>parle d&rsquo;une jeune fille qui fait des sculptures de viande crue pour exorciser ses démons et les traumatismes terribles qu&rsquo;elle a subi. Un texte douloureux à lire et qui ne laisse pas indifférent. <strong><em>En appuyant sur la détente</em></strong> parle des retrouvailles d&rsquo;une mère et de l&rsquo;enfant qu&rsquo;elle a dû abandonner. Rivers Solomon y parle de passé traumatique, d&rsquo;agressions sexuelles, et d&#8217;emprise psychologique. <strong><em>De la prudence des jeunes filles</em></strong> se déroule au début du confinement du Covid, et raconte l&rsquo;histoire d&rsquo;une jeune fille dont la mère est en prison. Iel y évoque à nouveau les traumatismes vécus et leurs répercussions sur la santé mentale. La dernière nouvelle, <strong><em>Certains d’entre nous sont des pamplemousses </em></strong>est assez déconcertante, avec une espèce de figure vampirique ou démoniaque.</p> <p><em>Soif de sang </em>est ainsi un recueil qui permet de mieux comprendre les ouvrages de Rivers Solomon. Celle-ci y parle avec ses tripes, mêlant des histoires fictionnelles et des textes autobiographiques. Les thèmes abordés sont nombreux ( question de genre, de sexualité, les traumatismes, la santé mentale, le racisme, les différences, la colère&#8230;) et apportent autant de réflexions. Des textes difficiles à lire parfois tellement les propos sont terribles, où l’auteurice utilise l&rsquo;imaginaire comme porte-voix de nombreux sujets.</p> <p>Autres avis: <a href="https://yuyine.be/review/book/soif-de-sang-et-autres-textes">Yuyine</a>, </p> <p>Auteurice: Rivers Solomon</p> <p>Éditions: Aux forges de Vulcain</p> <p>Traduction: Francis Guévremont</p> <p>Parution: 08 Décembre 2023</p> <p>La colère est une énergie. Une jeune femme, esclave dans le Sud, s’aperçoit qu’il lui est possible, en un instant, de se libérer, de tout changer, de se donner une nouvelle vie. Elle bondit sur cette occasion, férocement, intensément, et les conséquences de ce geste se feront sentir jusque dans le monde des esprits.<br>Dans cette novella, Rivers Solomon affronte, pour la première fois, de manière directe et intime, la question raciale et le passé esclavagiste des Etats-Unis, dans un hommage à &laquo;&nbsp;Beloved&nbsp;&raquo; de Toni Morrison.</p> Parutions mars 2024 http://rsfblog.fr/2024/03/30/parutions-mars-2024/ RSF Blog urn:uuid:f010f562-1b8c-0ea2-6db4-f380fd33acb1 Sat, 30 Mar 2024 11:00:58 +0100 <p>Voici les parutions de mars 2024 en littérature de l’imaginaire. Elle est le fruit d&#8217;un travail d&#8217;équipe avec Anne-Laure du blog Chut Maman Lit (vous trouverez les couvertures sur sa page Facebook et plus spécifiquement [lien à venir]). Comme d&#8217;habitude, cette liste est non exhaustive et vous pouvez signaler toute parution dans les commentaires sous [&#8230;]</p> <p>Cet article <a href="http://rsfblog.fr/2024/03/30/parutions-mars-2024/">Parutions mars 2024</a> est apparu en premier sur <a href="http://rsfblog.fr">RSF Blog</a>.</p> Loin des Iles Mauves, livre 1 : la Sans-Etoiles – Chloé Chevalier https://bibliosff.wordpress.com/2024/03/29/loin-des-iles-mauves-livre-1-la-sans-etoiles-chloe-chevalier/ Les Lectures de Xapur urn:uuid:0e862a92-67ad-7088-9b6e-3e6b1ee2e165 Fri, 29 Mar 2024 08:00:00 +0100 Mon avis sur le roman Loin des Iles Mauves, livre 1 : la Sans-Etoiles de Chloé Chevalier paru chez Robert Laffont <div class="wp-block-image"> <figure class="aligncenter size-full"><a href="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg"><img data-attachment-id="17439" data-permalink="https://bibliosff.wordpress.com/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier/" data-orig-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg" data-orig-size="627,1000" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="la sans etoiles loin des iles mauves chloe chevalier" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=188" data-large-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=627" width="627" height="1000" src="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg" alt="Loin des îles mauves, tome 1 : La Sans-Étoiles Chloé Chevalier" class="wp-image-17439" srcset="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg 627w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=94&amp;h=150 94w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2023/10/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-chloe-chevalier.jpg?w=188&amp;h=300 188w" sizes="(max-width: 627px) 100vw, 627px" /></a></figure></div> <p>Ayant croisé <a href="https://bibliosff.wordpress.com/category/auteurs/chevalier-chloe/">Chloé Chevalier</a> par hasard, au salon dédié aux jeux de rôle (et de plateau) Octogônes à Lyon, j&rsquo;ai découvert l&rsquo;existence de sa nouvelle saga, <strong>Loin des Iles Mauves</strong> et ai pu me faire dédicacer ce premier tome. Vu que j&rsquo;avais beaucoup aimé ses <em>Récits du Demi-Loup</em>, j&rsquo;étais curieux de découvrir sa plume dans un autre univers, même s&rsquo;il est a priori typé young adult (la collection nommée &laquo;&nbsp;R&nbsp;&raquo; chez Robert Laffont).</p> <span id="more-17754"></span> <h1 class="wp-block-heading">Mon avis</h1> <p>L&rsquo;histoire commence sur une île recouverte de bruyères, dans une société composée de deux peuples qui vient en équilibre fragile. Les humains sont les anciens serviteurs des Leifa, plus grands, plus beaux, plus forts (j&rsquo;ai pensé aux elfes &laquo;&nbsp;classiques&nbsp;&raquo; ou aux Chats du Demi-Loup&#8230;). Malgré tout, ceux-ci ne peuvent enfanter que des mâles et ont besoin des humains pour se reproduire, ce qui donne à ces derniers un &laquo;&nbsp;bon&nbsp;&raquo; moyen d&rsquo;éliminer progressivement les Leifa : leur donner peu d&rsquo;enfants et cacher une partie des femmes, en les travestissant en homme par exemple. Une thématique qui, à mon avis, n&rsquo;est pas loin de certains textes d&rsquo;<a href="https://bibliosff.wordpress.com/category/auteurs/le-guin-ursula/" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Ursula Le Guin</a>.</p> <p>Le Héros, enfin l&rsquo;héroïne de l&rsquo;histoire, est Yvanel, une jeune femme qui cache son genre et se fait passer par un homme en cachant ses formes (d&rsquo;où le terme <em>Héros</em> utilisé par son peuple) et se plaît dans sa condition, vivant assez bien l&rsquo;équilibre trouvé sur son île. Un endroit un peu frustre et limité mais aussi un cocon réconfortant. Pourtant la misère s&rsquo;y installe peu à peu puisque la pêche est compromise par les baleinières d&rsquo;un Empire lointain, naviguant au loin et empêchant la source de nourriture de s&rsquo;approcher, tout en éliminant tout pêcheur de passage. L&rsquo;évènement déclencheur pour Yvanel va être une brutale montée des brumes lors de la fête de la Sans-Etoiles, avec des propriétés hallucinogènes qui perturbent humains et Leifa. Beaucoup se livreront à des actes jugés honteux et une sœur d&rsquo;Yvanel y perdra mystérieusement la vie. La jeune femme se joindra alors à un petit groupe de ses amis qui veulent aller, de façon assez utopique, plaider la cause de l&rsquo;île auprès du lointain Empire. Mais les pollens des bruyères qui imprègnent les organismes risquent de rendre le voyage à sens unique car, s&rsquo;ils protègent l&rsquo;île des impériaux, ils risquent aussi de rendre le retour impossible une fois les corps purgés.</p> <p>Yvanel et ses amis découvriront peu à peu l&rsquo;Empire, ses citoyens, son langage (avec un apprentissage progressif bien géré par l&rsquo;autrice) mais aussi l&rsquo;économie sous-jacente, l&rsquo;obligation de travailler pratiquement comme des esclaves, le tout conté dans des chapitres sur une mine de sel aux conditions de travail éprouvantes. Mais cela pourra peut-être, paradoxalement, leur donner un moyen de pression pour arriver à leurs fins.</p> <p>Chloé Chevalier m&rsquo;avait dit qu&rsquo;on n&rsquo;était dans ce texte qu&rsquo;en partie dans du jeune adulte et il y a bien des thématiques qui sont liées mais aussi d&rsquo;autres aspects plus généraux, voire militants. La place des femmes et la domination exercée sur certaines, la nécessité de cacher son genre, les douleurs liées aux règles &#8211; voire l&rsquo;endométriose, les premiers amours et la sexualité mais j&rsquo;ai aussi pensé au départ du cocon familial (avec la dualité campagne-ville représentée par les iles et l&rsquo;Empire ?) et au symbolisme de la purge des organismes (qui m&rsquo;évoque le départ de la maison familiale voire le passage à l&rsquo;âge adulte), l&rsquo;exploitation par le travail, le syndicalisme, la grève et la révolte&#8230; et bien d&rsquo;autres thèmes.</p> <p>Le tout est servi par la belle plume de l&rsquo;autrice, ce qui n&rsquo;est pas une surprise pour ceux qui ont aimé les <em>Récits du Demi-Loup</em> (dont une nouvelle édition est prévue en juin) et, si ce premier tome prend le temps de poser son univers et son ambiance, le second titré <em>Le Sans-soleil</em> risque d&rsquo;être très intéressant vu la situation dans laquelle se trouve le petit groupe d&rsquo;amis dans les dernières pages. Sa publication est prévue pour fin avril donc je ne tarderai pas à vous en parler !</p> <h2 class="wp-block-heading">D’autres avis</h2> <p><a href="https://aupaysdescavetrolls.fr/2023/01/15/loin-des-iles-mauves-livre-1-la-sans-etoiles-chloe-chevalier/" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Au Pays des Cave Trolls</a> &#8211; <a href="https://encresetcalames.wordpress.com/2023/05/25/la-sans-etoiles-loin-des-iles-mauves-1-chloe-chevalier/" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Encres &amp; Calames</a> &#8211; … </p> <h1 class="wp-block-heading">Résumé</h1> <p>(source éditeur)</p> <p>Yvanel est un Héros. Née femme, elle doit, comme ses congénères du Peuple des Bruyères, bander ses seins et cacher son identité aux yeux des Leifa – le peuple dominant des Îles Mauves.<br>Mais au-delà des querelles qui opposent ces deux peuples depuis la nuit des temps, un danger menace les îles de famine : l’Empire et ses navires qui s’accaparent les baleines.<br>Bravant les lois de leur archipel, Yvanel et cinq de ses compagnons embarquent à bord d’un voilier pour un périple à haut risque. Leur mission ? Négocier leur avenir.<br>La nouvelle saga fantasy de l’autrice du cycle &laquo;&nbsp;Récits du Demi-Loup&nbsp;&raquo;.</p> <p>Editeur : Robert Laffont Collection R &#8211; Date de parution : 06/10/2022 &#8211; 416 pages</p> <h1 class="wp-block-heading">L’Auteur</h1> <p>(d&rsquo;après une source éditeur)</p> <p>Née en 1988 en Saône-et-Loire, titulaire d’un Master de cinéma, passionnée d’escrime et d’équitation, <a href="https://bibliosff.wordpress.com/category/auteurs/chevalier-chloe/">Chloé Chevalier</a> vit depuis quelques années en région parisienne, où elle partage sa plume entre écriture scénaristique et romanesque. En parallèle, elle tient avec quelques collaborateurs de longue date les rênes d’une société de production, les Films d’Argile.</p> Le silence selon Manon - Benjamin Fogel https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/03/le-silence-selon-manon-benjamin-fogel.html Les Lectures du Maki urn:uuid:c04ba451-6cdc-7876-8313-84c9a62c9515 Thu, 28 Mar 2024 07:00:00 +0100 <p></p><div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgksYgcxiQ8WDzarn5WLO8GXAE1Kbfp6Fc9opZQWdzuhyw8DvJ5dNJndTV5PdpUmJi-n34zuTMKNSJ42PDx8wXEwA8YF9EzCNvM2Vy7eW-ChiISdClIQexi2skl4hVJoBUWDUVqU_41v0i76L470MDWQKM23q2kWm_OMGG7gyadKHJmP9-jSLPsniNA1PQ/s1000/silence%202.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="1000" data-original-width="688" height="320" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgksYgcxiQ8WDzarn5WLO8GXAE1Kbfp6Fc9opZQWdzuhyw8DvJ5dNJndTV5PdpUmJi-n34zuTMKNSJ42PDx8wXEwA8YF9EzCNvM2Vy7eW-ChiISdClIQexi2skl4hVJoBUWDUVqU_41v0i76L470MDWQKM23q2kWm_OMGG7gyadKHJmP9-jSLPsniNA1PQ/s320/silence%202.jpg" width="220" /></a></div><div style="text-align: center;"><span style="font-family: courier; font-size: x-large;">Masculinisme et Cyberharcèlement</span></div><br /><div style="text-align: justify;"><i>Le silence de Manon</i> est le deuxième opus de la <i>trilogie de la Transparence</i> de <b>Benjamin Fogel.</b>&nbsp;Celui-ci peut se lire indépendamment du premier, d'autant plus qu'il en est le préquel. <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/02/la-transparence-selon-irina-benjamin.html" target="_blank"><i>La Transparence selon Irina</i></a>&nbsp;abordait le problème de l'anonymisation des profils sur les réseaux sociaux. Ce deuxième volet nous plonge au coeur du cyberharcèlement, ébauchant les premières réflexions qui amèneront à l'ère de la Transparence et à la fin de l'anonymat en ligne.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Le commissaire Sébastien Mille s'intéresse à la mouvance masculiniste qui sur des forums déverse sa haine des femmes, fait l'apologie de la domination des Hommes, propage une culture du viol et n'hésite pas à recourir au cyberharcèlement entrainant une vague de suicides chez les jeunes femmes visées. De leur côté les musiciens de <i>Significant Young</i> sont agressés lors d'un de leurs concerts par des "incels", ces célibataires involontaires qui réfutent et abhorrent les valeurs féministes prônées par Yvan, le leader charismatique du groupe. Ce premier affrontement en amènera d'autres bien plus violents...</div><div style="text-align: justify;"><b><br /></b></div><div style="text-align: justify;"><b>Benjamin Fogel</b> nous plonge au coeur du cyberharcèlement, démontant les arcanes de ces groupuscules dont beaucoup de membres ne sont que des personnes perdues et manipulées, certaines suivant une idéologie qui leur échappe un peu. Pour contrebalancer, l'auteur n'hésite pas à prendre à rebours les chevaliers blancs qui, par des méthodes jusqu'au-boutistes, par des attitudes et réactions publiques bien loin de leur véritables pensées et surtout par leurs actes dans le privé, ne valent parfois guère mieux, nous confrontant ainsi à nos propres contradictions et amenant une réflexion sur la société et ses dérives.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Le point fort de ce roman est sans conteste la diversité de personnages et de profils psychologiques. Pas de manichéisme primaire, ici chacun a ses souffrances et ses désirs, ses envies et ses barrières dont seules l'empathie et la raison permettent de freiner les pulsions et empêchent de passer à l'acte.&nbsp;</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div><div style="text-align: justify;">L'auteur ne s'arrête pas au cyberharcèlement, il nous propose avant tout un roman sociétal sur le vivre ensemble auquel il ajoute un petit côté polar bien "plaisant" et une réflexion sur l'utilisation des réseaux sociaux. Plus romanesque et moins clinique que <i>La Transparence selon Irina</i>, <i>Le Silence de Manon</i> est un roman haletant tout en nuances et subtilité, aussi dérangeant que perturbant, qui laisse place à une grande réflexion sur le monde qui&nbsp;nous entoure comme sur nous-mêmes. Une vraie réussite.</div><br /><br /></div> Donjon Monsters T18 Noces de fleurs https://science-fiction-fantastique.com/2024/03/donjon-monsters-t18-noces-de-fleurs.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:c1bfea95-34a4-d224-fc94-fc85e2ed6362 Wed, 27 Mar 2024 18:47:37 +0100 Donjon Monsters T18 Noces de fleurs Donjon Monsters T18 Noces de fleurs Paru le 27 mars 2024 Un nouveau "Monsters" dans l'univers "Donjon", dessiné par la talentueuse Aude Picault ! L'occasion de retrouver Isis et Herbert pour la célébration de leurs... De l’espace et du temps – Alastair Reynolds https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/27/de-lespace-et-du-temps-alastair-reynolds/ Au pays des Cave Trolls urn:uuid:b93ee926-ce91-23da-19e4-d2eb34ac80df Wed, 27 Mar 2024 08:00:00 +0100 En 2016, les éditions Le Bélial&#8217; tentait un pari un peu fou: lancer une collection dédiées aux romans courts (environ une centaine de pages) et l&#8217;appeler judicieusement Une Heure Lumière. Ce format étant peu courant en France, beaucoup d&#8217;auteurs étrangers y figurent, même si le premier numéro fut Dragon de Thomas Day. Huit ans plus [&#8230;] <div class="wp-block-image"> <figure class="aligncenter size-large is-resized"><img width="683" height="1023" data-attachment-id="51547" data-permalink="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/02/23/mes-reperages-sorties-litteraires-mars-2024/image-1-26/" data-orig-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg" data-orig-size="1001,1500" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="image-1" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg?w=200" data-large-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg?w=683" src="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg?w=683" alt="" class="wp-image-51547" style="width:324px;height:auto" srcset="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg?w=683 683w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg?w=100 100w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg?w=200 200w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg?w=768 768w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/02/image-1.jpg 1001w" sizes="(max-width: 683px) 100vw, 683px" /></figure></div> <p>En 2016, les éditions Le Bélial&rsquo; tentait un pari un peu fou: lancer une collection dédiées aux romans courts (environ une centaine de pages) et l&rsquo;appeler judicieusement Une Heure Lumière. Ce format étant peu courant en France, beaucoup d&rsquo;auteurs étrangers y figurent, même si le premier numéro fut <a href="https://aupaysdescavetrolls.fr/2020/08/28/dragon-de-thomas-day/"><em>Dragon</em></a> de Thomas Day. Huit ans plus tard, la collection compte désormais 50 numéros et plusieurs hors-série. Le cinquantième opus vient de paraître, il s&rsquo;agit de <em>De l’espace et du temps</em> d’Alastair Reynolds.</p> <p>Dans un futur proche, une colonie s&rsquo;est installée sur Mars. Dans le même temps, un virus militarisé fait des ravages sur Terre. La mission sur Mars n&rsquo;a plus aucun contact avec la Terre. John Renfrew, géologue de l&rsquo;expédition, assiste impuissant aux décès de ses compagnons. Après la mort de Katrina Solovyova, il se retrouve seul sur Mars, désespérément seul puisque la Terre reste silencieuse. Renfrew a de quoi survivre longtemps (et pas que grâce à des patates). Mais à quoi bon quand on est le dernier représentant de l&rsquo;espèce humaine? Renfrew s&rsquo;interroge, passe son temps en lectures, discussions avec un mystérieux musicien excentrique jouant sur un mystérieux piano blanc, un Bösendorfer qui lui apparaît de temps à autre. Renfrew va décider de se lancer dans une quête de connaissance à travers l’espace et le temps.</p> <p>Voilà le pitch de départ de cette novella, un scénario qui a de quoi donner des sueurs froides en s&rsquo;imaginant à la place de John Renfrew et en se demandant comment on réagirait à sa place. Si le début du récit fait penser à <em>Seul sur Mars</em>, la suite change vite de ton puisque personne n&rsquo;est là pour répondre à Renfrew ou tenter de le sauver. Le récit s&rsquo;oriente en effet vers une quête de connaissances, voyage initiatique où le titre du roman prend tout son sens. Dans cette partie, il y a beaucoup de théories scientifiques, de notions pointues, mais on arrive à suivre l&rsquo;histoire. Même si Alastair Reynolds instille un peu d&rsquo;humour dans son roman, il ressort une certaine froideur dans le récit.</p> <p><em>De l&rsquo;Espace et du Temps</em>&nbsp;est ainsi un roman qui part d&rsquo;un postulat assez glaçant et offre un voyage au cœur de l&rsquo;humanité et de l&rsquo;univers, proposant de nombreux questionnements et réflexions. </p> <p>Autres avis: <a href="https://lepauledorion.com/2024/03/16/de-lespace-et-du-temps-alastair-reynolds/">l&rsquo;épaule d’Orion</a>, <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/03/de-lespace-et-du-temps-alastair-reynolds.html">les lectures du maki</a>, <a href="https://navigatricedelimaginaire.com/2024/03/26/de-lespace-et-du-temps/">navigatrice de l&rsquo;imaginaire</a>, </p> <div class="wp-block-image"> <figure class="alignleft size-large is-resized"><img width="1024" height="815" data-attachment-id="51861" data-permalink="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/27/de-lespace-et-du-temps-alastair-reynolds/20240315_142632/" data-orig-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg" data-orig-size="3433,2735" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;2.4&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;SM-G973F&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1710512792&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;4.32&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;320&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.01&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="20240315_142632" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=300" data-large-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=723" src="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=1024" alt="" class="wp-image-51861" style="width:542px;height:auto" srcset="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=1024 1024w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=2046 2046w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=150 150w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=300 300w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/20240315_142632.jpg?w=768 768w" sizes="(max-width: 1024px) 100vw, 1024px" /></figure></div> <p>Auteur : Alastair Reynolds</p> <p>Traduction&nbsp;: Laurent Queyssi</p> <p>Édition<strong>&nbsp;</strong>: Le Bélial’, coll. Une Heure-Lumière</p> <p>Parution: 21 mars 2024</p> <p>Mars, d’ici deux décennies…<br>Au début, ils ont cru pouvoir y échapper. Jusqu’à ce que la Catastrophe, un virus militarisé qui a fauché l’humanité en un temps record, frappe la colonie à son tour. Aussi, depuis qu’il a inhumé Katrina Solovyova, John est seul, il ne reste plus que lui. Lui et Pavonis Mons, qu’il contemple à travers une baie blindée. Et aussi ce mystérieux piano blanc, un Bösendorfer — et ce non moins mystérieux musicien excentrique aux lunettes ridicules qui lui parle parfois… Que faire, lorsque vous êtes l’ultime représentant de votre espèce ? En finir une bonne fois pour toutes ? Ou entreprendre la plus magnifique des quêtes, la plus vertigineuse, la plus sidérante des aventures ? John Renfrew est le dernier être humain. Le dépositaire de l’esprit de découverte et de la soif de savoir de l’humanité tout entière. Et il a un univers à explorer…</p> Paideia – Claire Garand https://nevertwhere.blogspot.com/2024/03/paideia-claire-garand.html Nevertwhere urn:uuid:17f36644-4178-3aeb-6169-d3611f4b9047 Wed, 27 Mar 2024 08:00:00 +0100 <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><img border="0" data-original-height="684" data-original-width="500" height="400" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEjsg8omkxic7xDt4fetFcKgE2IlpwqkSlmlZLbzghTqBXOpEDX0_nOnF8k_aYFjdAXDybqMh_HUpB6CGa5SuHg_DPur1-CHByqi1eF6jvVqMhfVTd2O4Az1cmW6mus4ANNOgNXUN2Bn44kfAkGjwF1EFxKnE56Edif48VmRFjxzZMSNhYPFcLQpZanJeZo9/w293-h400/paideia.jpg" width="293" /></div><p>Je continue petit à petit à lire mes achats des dernières Utopiales. Dernièrement, je me suis lancée dans <i>Paideia</i>, un roman qui avait intrigué à sa sortie et qui a reçu le Prix Julia Verlanger… même que je n’ai jamais assisté à la remise du dit prix vu que j’étais à la librairie en train d’acheter le livre !<span></span></p><a name='more'></a>Dans un futur où l’humanité a pratiquement été détruite, un projet de la dernière chance a été créé pour permettre la survie de l’espèce humaine. Il repose notamment sur des jeunes filles génétiquement modifiées et élevées dans des stations en orbite autour de la Lune, dans le but d’en faire les mères de la future humanité.<br /><br />L’héroïne, considérée comme inférieure aux autres, sert de souffre-douleur à ses camarades et ne rêve que d’une chose, partir à la conquête des étoiles.<br /><br />J’ai beaucoup aimé le concept de ce roman qui mêle plan de la dernière chance, manipulations génétiques et vie dans l’espace. Le début est captivant, avec une héroïne qu’on suit non sans souffrir avec elle, tant elle est sans cesse dévaluée et maltraitée par les autres jeunes filles.<br /><br />Une fois la première moitié du roman, j’ai cependant un peu décroché, sans doute parce que je n’étais pas très en phase avec l’héroïne après quelques séquences assez rudes, jusqu’à une fin que je ne suis pas sûre d’avoir bien comprise. La narration à la première personne n’a pas aidé je pense. C’est une façon de raconter qui marche uniquement quand on accroche bien avec le narrateur ou la narratrice. <br /><br />Je ressors donc de là avec une impression mitigée d’un roman qui partait bien mais qui m’a perdue en route. Cependant je pense savoir pourquoi j’ai eu du mal avec certaines scènes et je pense que tout le monde ne sera pas affecté de la même façon. À vous de vous faire votre propre opinion !<br /><br /><b>Infos utiles :</b> <i>Paideia</i> est un roman de Claire Garand paru en 2023 aux éditions La Volte. Couverture d’Anna Paraguette. 323 p.<br /><br /><b>D’autres avis :</b> <a href="https://yuyine.be/review/book/paideia">Les critiques de Yuyine</a>, <a href="https://www.outrelivres.fr/paideia/">De l’autre côté des livres</a>, <a href="http://rsfblog.fr/2023/06/25/paideia-claire-garand/">RSF Blog</a><br /><p></p> Après tout – Ian Soliane https://lepauledorion.com/2024/03/26/apres-tout-ian-soliane/ L'épaule d'Orion urn:uuid:e581672c-2b26-729c-f97c-4a46a59f124b Tue, 26 Mar 2024 12:59:04 +0100 Ian Soliane nous avait enthousiasmés avec son Basqu.I.A.t, publié en 2021 aux éditions JOU, où il s’engouffrait dans les failles de l’IA pour mieux définir en creux l’humain. Deux qualités s’y affirmaient évidentes : l’habilité de la plume de l’auteur et son affutage. ces deux qualités, on les retrouve dans Après tout, nouveau roman court de &#8230; <a class="more-link" href="https://lepauledorion.com/2024/03/26/apres-tout-ian-soliane/">Lire la suite <span class="screen-reader-text">Après tout &#8211; Ian&#160;Soliane</span></a> <div class="wp-block-image"> <figure class="alignleft size-large is-resized"><img width="654" height="1024" data-attachment-id="14857" data-permalink="https://lepauledorion.com/2024/03/26/apres-tout-ian-soliane/aprestout/" data-orig-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg" data-orig-size="1944,3046" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;1.8&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;SM-A236B&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;1709563632&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;4&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;160&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0.02&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;1&quot;}" data-image-title="aprestout" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=191" data-large-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=654" src="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=654" alt="" class="wp-image-14857" style="width:365px;height:auto" srcset="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=654 654w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=1308 1308w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=96 96w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=191 191w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/aprestout.jpg?w=768 768w" sizes="(max-width: 654px) 100vw, 654px" /></figure></div> <p class="has-text-align-justify">Ian Soliane nous avait enthousiasmés avec son <strong><a href="https://lepauledorion.com/2021/04/04/basqu-i-a-t-ian-soliane/">Basqu.I.A.t</a></strong>, publié en 2021 aux éditions JOU, où il s’engouffrait dans les failles de l’IA pour mieux définir en creux l’humain. Deux qualités s’y affirmaient évidentes : l’habilité de la plume de l’auteur et son affutage. ces deux qualités, on les retrouve dans <strong>Après tout</strong>, nouveau roman court de l’écrivain à paraitre le 5 avril, toujours chez JOU. Comme dans <strong>Basqu.IA.t</strong>, Ian Soliane s’y livre à un exercice littéraire qui relève de l’équilibrisme de haute volée. Mais <strong>Après tout</strong> adresse un sujet plus délicat et sensible, où le moindre dérapage aurait aussitôt fait de devenir sortie de route et crash. Ce que l’auteur évite avec une dextérité qui confirme et conforte tout le bien que l’on pensait de lui.</p> <p class="has-text-align-justify">Claire est morte. Dans une série de chapitres alternant avec le récit du présent, Greg raconte la longue maladie de sa femme, sa dégénérescence physique inéluctable induite par une sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Charcot. Greg a aimé Claire beaucoup,&nbsp;passionnément, à la folie. Un amour qui le fait plonger lorsqu’un nécromancien des temps modernes armé des plus récentes technologies disruptives, lui propose de faire revenir Claire sous la forme d’un androïde à l’apparence identique à celle de sa défunte femme, un peu plus jeune, avec tous ces petits défauts qui la rendaient belle à ses yeux, mais plus encore, avec tous ses souvenirs extraits des scans réalisés du temps de son vivant.</p> <p class="has-text-align-justify">Dans les autres chapitres, ceux du présent, Greg raconte la découverte de la nouvelle Claire, du clone, du robot, de l’ersatz, de la copie, du sous-produit, de la poupée gonflable trop fidèle au service du désir sexuel de Greg. Le sentiment de malaise, puis d’horreur, est immédiat chez le lecteur qui est saisi par la folie de la situation, tous les sens moraux en alerte devant par ce sparadrap collé sur l’infinie douleur de la disparition. Le roman de Ian Soliane aurait été pâle s’il s’en était tenu là, à cette évidence. Mais l’auteur est aussi subtil que radical, il l’avait déjà montré dans son précédent roman.</p> <p class="has-text-align-justify">Greg n’ignore pas le malaise qui sa décision va engendrer et, dans un premier temps, il cache Claire. Le couple se construit dans l’ombre, derrière les volets fermés, les sorties nocturnes à l’abri des regards. Mais vient le temps de la révélation nécessaire, d’abord à son fils et sa belle-sœur, et ainsi s’engage le drame. Les réactions sont violentes. Greg est fou. Dément. Malade. Des inconnus attaquent Claire. Son propre fils… Incompréhension, rejet, mise au ban, mais aussi ricanement, envie, jalousie. Et Ian Soliane désempare le lecteur, le fait douter, et le retourne. Car Greg cherche le bonheur et le trouve. Ce n’est pas un amour de pacotille que vivent Claire et lui, mais un amour véritable, différent, à deux. Et qui est en droit de les juger ?</p> <p class="has-text-align-justify">La violence de la maladie mise en joue par la folie morale d’un artifice, Ian Soliane n’épargne rien à son lecteur et signe là un roman puissant, beau, acéré. Ian Soliane est un grand écrivain.</p> <hr class="wp-block-separator has-alpha-channel-opacity" /> <p>D’autres avis&nbsp;chez <a href="https://www.quoideneufsurmapile.com/2024/03/apres-tout-ian-soliane.html">Gromovar</a>, …</p> <hr class="wp-block-separator has-alpha-channel-opacity" /> <ul> <li><strong>Titre : </strong>Après tout</li> <li><strong>Auteur :</strong> Ian Soliane</li> <li><strong>Parution :</strong> 5 avril 2024, JOU éditions</li> <li><strong>Nombres de pages :</strong> 128</li> <li><strong>Support :</strong> papier (12€)</li> </ul> Cimqa https://lechiencritique.blogspot.com/2024/03/cimqa.html Le chien critique urn:uuid:fa59f970-e3b0-f008-a372-fa786b5f5dec Tue, 26 Mar 2024 10:07:00 +0100 <div style="text-align: left;"><p style="text-align: center;">&nbsp;<a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhhULoHPKWSybITC9w1I3aiyN6gWEwcF7SSceGsQWQz0gXCgvLawL-8wQ5Ok-u8_MCLc4RPRXjL8JJyfFxCLgF0Cg4jX4uaS5ZxJ01UrlPTUyvxnv3aIxDJMmRWerClnoKBbmJdMJ5vLsBAtq3wYNYV4xtam1YEyLSZfynQtxqKrcCEqqfCgf7eWvB7Dgf1/s917/C1-CIMQA-e1687159354236-600x917.jpg" imageanchor="1" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="917" data-original-width="600" height="400" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEhhULoHPKWSybITC9w1I3aiyN6gWEwcF7SSceGsQWQz0gXCgvLawL-8wQ5Ok-u8_MCLc4RPRXjL8JJyfFxCLgF0Cg4jX4uaS5ZxJ01UrlPTUyvxnv3aIxDJMmRWerClnoKBbmJdMJ5vLsBAtq3wYNYV4xtam1YEyLSZfynQtxqKrcCEqqfCgf7eWvB7Dgf1/w261-h400/C1-CIMQA-e1687159354236-600x917.jpg" width="261" /></a><br /></p><h3 style="text-align: left;"><span class="pp-multiple-authors-layout-inline author_index_1">Auriane Velten, Mnémos, 2023, 304 p., 10€ epub sans DRM</span></h3><p>&nbsp;</p><br /><br /></div><div style="text-align: justify;">Nous sommes transportés dans une autre dimension, une dimension faite non seulement de paysages et de sons, mais aussi d’esprits. Un voyage dans une contrée sans fin dont les frontières sont notre imagination : la cinquième dimension !<br /></div><div style="text-align: left;"><br /><br /><h4>Pitch de l'éditeur :</h4></div><div style="text-align: justify;">Imaginez que le monde ait un jour le hoquet ; des créatures et des objets commencent à apparaître. Imaginez trouver un moyen de faire venir ces choses selon votre désir… jusqu’à susciter l’intérêt d’une équipe de scientifiques. <br />Imaginez travailler pour la plus grande industrie du divertissement, mélangeant cinéma et imagination. Imaginez recevoir l’opportunité de votre vie, mais continuer à être rongé par l’anxiété. Jusqu’à rêver qu’une petite fille vous offre son aide. <br />C’est dans ce(s) monde(s) chamboulé(s) par l’apparition de la cinquième dimension, celle de l’imagination, que les destins de Sara et Sarah s’écrivent. Mais comment empêcher que la magie ne devienne qu’une nouvelle source de pouvoir et de profit ?<br /></div><div><br /> <br /><br /><h4 style="text-align: left;">Mon ressenti :</h4></div><div style="text-align: justify;">Dès les premières lignes, la catastrophe est là, la grande majorité de population est victime de vertiges, de perte de la notion de distance et de vision altérée. Plutôt que de nous faire des vignettes sur les conséquences mondiales de ces troubles, l'autrice se concentre sur une mère, tentant désespérément de rejoindre la chambre de sa fille. Me voila ferré ! L'histoire se dédouble alors en deux points de vue, l'une Là-bas (ici) et l'autre Ici (Là-bas), avec deux protagonistes Sara et Sarah...&nbsp;</div><div style="text-align: justify;">&nbsp;</div><div style="text-align: justify;">Un roman atypique, loin des codes du genre et qui fait écho à l'histoire où Sarah doit produire des films selon les attentes du public et non pas selon son imaginaire, son art depuis que l’Événement a bousculé l'humanité. Blockbuster contre film indépendant. L'art est-il mort dès que l'argent entre en jeu ? Alors que bien souvent le traitement du sujet de l'art sans la SF m'emmerde profondément, j'ai pris plaisir à parcourir ses pages qui se concentrent sur ces personnages plutôt que de démontrer au forceps son sujet. Et comme j'adore les récits où l'Histoire nous est contée par les histoires individuelles, j'ai été comblé.&nbsp;</div><div style="text-align: justify;">&nbsp;</div><div style="text-align: justify;">Même si j'aurai préféré en connaître plus sur ce monde, même si j'aurai préféré un peu plus d'explications scientifiques, il faut bien reconnaître que chaque lecteur a son rôle à jouer dans un roman, imaginer les blancs laissés par l'auteur...&nbsp;</div><div style="text-align: justify;">&nbsp;</div><div style="text-align: justify;">L'idée du "repli" m'a rappelé la SF de jadis, celle du merveilleux avec un traitement contemporain. Pour tout vous avouer, j'avais attaqué ce roman il y a quelques mois et il m'était tombé des mains. Cependant, l'histoire continue de faire son chemin dans ma tête, alors... Chaque roman doit être lu au bon moment !</div><div style="text-align: justify;">&nbsp;</div><div style="text-align: justify;">Après son premier roman <a href="https://lechiencritique.blogspot.com/2023/01/after.html">After®</a>, <span class="pp-multiple-authors-layout-inline author_index_1">Auriane Velten me confirme son talent, ainsi que sa vision personnelle de la science-fiction. Vivement son prochain texte.<br /></span></div> Terry Pratchett - Les petits dieux https://233degrescelsius.blogspot.com/2024/03/terry-pratchett-les-petits-dieux.html 233°C urn:uuid:9d0f4054-d5fc-bda1-9393-1460f970de21 Mon, 25 Mar 2024 18:18:00 +0100 <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgllsybTLxk9pBsES44B4VJik2eCc_DdImjM4dkTOIC2xhvjQ4lEmMPNgr3r_elZZFd3Zph9lCIrn_Szwm1EDnaXoXENfvZNA_FywS82UiuD1fqvwJhtakqB5PnH2XPqijnVCDhEXYAHYvhQZ7dy8t5kzQPshhn0Ih9yK6DpaU51FFva_XyLeE8JCmun3Xe/s350/lespetitsdieux.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="350" data-original-width="252" height="400" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgllsybTLxk9pBsES44B4VJik2eCc_DdImjM4dkTOIC2xhvjQ4lEmMPNgr3r_elZZFd3Zph9lCIrn_Szwm1EDnaXoXENfvZNA_FywS82UiuD1fqvwJhtakqB5PnH2XPqijnVCDhEXYAHYvhQZ7dy8t5kzQPshhn0Ih9yK6DpaU51FFva_XyLeE8JCmun3Xe/w288-h400/lespetitsdieux.jpg" width="288" /></a></div><div style="text-align: center;"><i>Les petits dieux, Terry Pratchett, Tome 13/35 des Annales du Disque-Monde, 1992, 390 pages</i></div><br /> Omnia est un pays dirigé par des religieux croyant en Om, leur dieu. Frangin y est un simple novice, jusqu'à ce qu'une tortue borgne se mette à lui parler. Une tortue qui s'avère être une incarnation de Om, en mal de vrais fidèles pour lui permettre de regagner ses pouvoirs.<br /><br /> <i>Les petits dieux</i> est un tome indépendant du Disque-Monde, n'appartenant à aucun sous-cycle. Si tous les romans peuvent se lire indépendamment, c'est une caractéristique qui se prête particulièrement bien à celui-ci tant il aurait pu être publié à part, sous un autre nom, et fonctionner tout aussi bien. Notamment car l'humour y est moindre, en tout cas moins marqué par le style caractéristique - et propre à diviser - de Terry Pratchett.<br /><br /> Sans surprise, <i>Les petits dieux</i> traite principalement de religion, mais aussi de philosophie, de pouvoir et d'obscurantisme. Il ne révolutionne rien dans son propos, mais il propose une sorte de résumé complet de ce qu'est la religion et ses dérives. C'est très malin et extrêmement bien fait, parodiant de nombreuses références et critiquant l'ensemble tout en douceur. Ce n'est pas forcément le volume le plus excitant mais c'est éminemment respectable.<br /><br /> <i>Couverture : Josh Kirby / Traduction : Patrick Couton</i><br /> <i>D'autres avis : <a href="https://lullastories.wordpress.com/2015/02/02/les-annales-du-disque-monde-les-petits-dieux-terry-pratchett/"><span style="color: #da901f;">Lullaby</span></a>, ...</i> Sur la lune de Mary Robinette Kowal https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/24/sur-la-lune-de-mary-robinette-kowal/ Au pays des Cave Trolls urn:uuid:079f9bce-6ac4-1c21-5413-2d50d53a06a5 Sun, 24 Mar 2024 09:48:29 +0100 Vers les étoiles  en 2020 inaugurait la parution en France de la série signée Mary Robinette Kowal, qui imaginait une réécriture de la conquête spatiale après une immense catastrophe : la terre a été frappée par une météorite le 3 mars 1952 en plein océan Atlantique. Le roman est une uchronie de science-fiction, et d&#8217;autres [&#8230;] <div class="wp-block-image"> <figure class="aligncenter size-large is-resized"><img width="175" height="288" data-attachment-id="51695" data-permalink="https://aupaysdescavetrolls.fr/2024/03/24/sur-la-lune-de-mary-robinette-kowal/sans-titre-2/" data-orig-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/sans-titre.jpg" data-orig-size="175,288" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="sans-titre" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/sans-titre.jpg?w=175" data-large-file="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/sans-titre.jpg?w=175" src="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/sans-titre.jpg?w=175" alt="" class="wp-image-51695" style="width:335px;height:auto" srcset="https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/sans-titre.jpg 175w, https://aupaysdescavetrolls.fr/wp-content/uploads/2024/03/sans-titre.jpg?w=91 91w" sizes="(max-width: 175px) 100vw, 175px" /></figure></div> <p><em>Vers les étoiles</em>  en 2020 inaugurait la parution en France de la série signée Mary Robinette Kowal, qui imaginait une réécriture de la conquête spatiale après une immense catastrophe : la terre a été frappée par une météorite le 3 mars 1952 en plein océan Atlantique. Le roman est une uchronie de science-fiction, et d&rsquo;autres ouvrages avec la même héroïne Elma York sont parus. <em>Vers les étoiles</em> a obtenu le prix Hugo du meilleur roman en 2019, le prix Nebula du meilleur roman en 2018, et le prix Locus du meilleur roman de science-fiction 2019. L&rsquo;autrice a continué les histoires dans cet univers avec <em>Sur la lune</em> publié dans la collection Lunes d’encre des éditions Denoël, et que l’on retrouve aussi chez Folio Sf. Ce roman a la particularité d&rsquo;avoir une autre héroïne différente des précédents ouvrages de l’autrice : Nicole Wargin.</p> <p>Depuis la chute de la météorite, les choses se sont aggravées sur Terre. Le climat se détériore inexorablement et les tensions politiques s&rsquo;accroissent entre les partisans de la colonisation spatiale et ceux qui veulent privilégier la Terre. Avant que la vie sur Terre soit devenue impossible, une coalition internationale espère envoyer le plus de gens possible sur Mars. Malheureusement, tout le monde ne pourra pas partir, et les manifestations contre ce projet virent à l&rsquo;émeute. Des actes de sabotage menés par un groupe terroriste baptisé Earth First ont lieu dans le but de le faire abandonner. La colonie lunaire est la cible indiquée pour mettre à bas tout le programme. Nicole Wargin est pilote d’essai, membre des WASP, astronaute et épouse d’un gouverneur. Elle est amie avec Elma York qui est est en partance pour Mars. Le FBI confie à Nicole une mission pour déjouer toute tentative d&rsquo;attentat sur la lune.</p> <p>L’action à proprement parler ne commence réellement que lorsque Nicole arrive sur la lune. Le démarrage du roman est laborieux, le départ de l’héroïne pour la lune mettant trop de temps à arriver et les premières pages étant loin d’être captivantes, avec beaucoup de considérations personnelles de la part de Nicole, narratrice du roman. A partir du moment où Nicole arrive sur la base lunaire, le roman prend une autre tournure et devient un thriller sous haute tension, mais il faut passer la première partie assez lente.</p> <p>Les péripéties sont nombreuses, un espion agissant sur la lune commettant divers sabotages, tentatives d’empoisonnement et des accidents. On suit avec plaisir l’enquête menée par Nicole pour essayer de trouver le coupable, ainsi que la manière dont les choses évoluent. L’autrice met en place un huis-clos qui devient vite oppressant. Le lecteur se prend au jeu de la chasse aux espions et les pages se tournent facilement. L’aspect polar du roman est bien maîtrisé par l’autrice qui multiplie les fausses pistes pour mieux tenir en haleine le lecteur. Et ça marche, on tourne les pages facilement, pris par ce huis-clos.</p> <p>La plume de Mary Robinette Kowal est plaisante, l’action et les péripéties rendent le rythme prenant. Le récit roman est plus sous l’angle du divertissement et contient moins de réflexions ou de messages engagés que les ouvrages précédents de la série. On y trouve toujours les thématiques des précédents romans, comme le féminisme et l&rsquo;écologie, mais elles sont moins présentes. L’impact est moins fort, le coté thriller prenant le dessus sur le reste. Le roman est plus long, (un peu) trop long, et lent, que ce soit pour la mise en place des intrigues ou celle des différents protagonistes. De plus, il vaut mieux connaître les tomes précédents et l&rsquo;univers mis en place pour tout comprendre, même si <em>Sur la lune</em> est considéré comme étant indépendant. Enfin, j&rsquo;ai trouvé que Nicole était une héroïne moins intéressante qu&rsquo;Elma, elle donne une impression assez hautaine, et a tendance à se perdre dans des considérations personnelles qui nuise au propos.</p> <p><em>Sur la lune</em><strong> </strong>se révèle ainsi une lecture plaisante et divertissante. L’aspect enquête et huis-clos sur la lune est très bien maîtrisé et offre de beaux moments. Cependant, le roman souffre de longueurs, de lenteurs au démarrage et d’une héroïne moins attrayante que celle des précédents ouvrages. Le livre est plus un récit d’espionnage qu’un roman coup de poing, et est en deçà des précédents volumes.</p> <p>Autres avis: <a href="https://lebibliocosme.fr/2023/02/15/lady-astronaute-tome-3-sur-la-lune/">Boudicca</a>, <a href="https://lesblablasdetachan.wordpress.com/2020/11/17/lady-astronaut-vers-les-etoiles-de-mary-robinette-kowal/">Tachan</a>, <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2022/11/sur-la-lune-mary-robinette-kowal.html">le maki</a>, <a href="https://lecultedapophis.com/2020/07/22/the-relentless-moon-mary-robinette-kowal/" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Apophis</a>, <a href="https://lepauledorion.com/2020/07/16/the-relentless-moon-mary-robinette-kowal/" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Epaule d&rsquo;Orion</a>, <a href="https://chutmamanlit.fr/2023/05/lune-mary-robinette-kowal/">Chut maman lit</a>, </p> <p>Autrice : Mary Robinette Kowal</p> <p>Éditions: Folio SF / Denoël Lunes d&rsquo;encre</p> <p>Parution: 11/01/2024</p> <p>Sur Terre, la situation est critique : le climat se détériore inexorablement et les tensions politiques s&rsquo;accroissent.<br>Une coalition internationale espère envoyer le plus de gens possible sur Mars avant que la planète bleue ne devienne inhabitable, mais il est évident que tout le monde ne pourra pas partir. Les manifestations contre le projet de conquête spatiale virent à l&rsquo;émeute et des tentatives de sabotage des fusées sont mises au jour.<br>Le FBI craint désormais un attentat de grande ampleur visant la colonie lunaire, première étape vers Mars, ce qui condamnerait définitivement le programme spatial. Nicole Wargin, l&rsquo;une des premières femmes astronautes, amie d&rsquo;Elma York, se voit confier une mission en urgence pour le déjouer sur place. Malheureusement, le moment est plutôt mal choisi pour quitter la Terre : son mari, gouverneur du Kansas, envisage de se lancer dans la course à la nouvelle Maison-Blanche. Alors qu&rsquo;Elma est à mi-chemin de Mars, si Nicole échoue, la survie de l&rsquo;humanité pourrait être compromise.</p> Level up with the Gods T01 https://science-fiction-fantastique.com/2024/03/level-up-with-the-gods-t01.html Site sur la Science-fiction et le Fantastique urn:uuid:13718a4c-86aa-1cfd-61e9-4b0ddff806e0 Sat, 23 Mar 2024 20:19:20 +0100 Level up with the Gods T01 Level up with the Gods T01 Parution mars 2024 Ecrit par le manhwaga Ohyeon peut connue en France,malgres des séries de plus e 25 tomes dans son pays d’origine ****** Adaptée du light novel «Au niveau des dieux» qui compte plus... Termush, côté Atlantique – Sven Holm https://lepauledorion.com/2024/03/23/termush-cote-atlantique-sven-holm/ L'épaule d'Orion urn:uuid:404d678d-ddc8-87ae-27d9-d3cfc174bbef Sat, 23 Mar 2024 12:08:46 +0100 En avril 2023, les éditions Robert Laffont faisaient paraitre dans la collection Ailleurs et Demain le premier roman de l’autrice danoise Rakel Haslund, Après nous les oiseaux. Ce texte poétique et contemplatif portait un regard sombre sur la fin du monde. Il fut remarqué au point de faire partie de la sélection du grand Prix &#8230; <a class="more-link" href="https://lepauledorion.com/2024/03/23/termush-cote-atlantique-sven-holm/">Lire la suite <span class="screen-reader-text">Termush, côté Atlantique – Sven&#160;Holm</span></a> <div class="wp-block-image"> <figure class="alignleft size-large is-resized"><img width="351" height="516" data-attachment-id="14840" data-permalink="https://lepauledorion.com/2024/03/23/termush-cote-atlantique-sven-holm/termush/" data-orig-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/termush.jpg" data-orig-size="351,516" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="termush" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/termush.jpg?w=204" data-large-file="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/termush.jpg?w=351" src="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/termush.jpg?w=351" alt="" class="wp-image-14840" style="width:363px;height:auto" srcset="https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/termush.jpg 351w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/termush.jpg?w=102 102w, https://lepauledorion.files.wordpress.com/2024/03/termush.jpg?w=204 204w" sizes="(max-width: 351px) 100vw, 351px" /></figure></div> <p class="has-text-align-justify">En avril 2023, les éditions Robert Laffont faisaient paraitre dans la collection Ailleurs et Demain le premier roman de l’autrice danoise Rakel Haslund, <strong><a href="https://lepauledorion.com/2023/04/03/apres-nous-les-oiseaux-rakel-haslund/">Après nous les oiseaux</a></strong>. Ce texte poétique et contemplatif portait un regard sombre sur la fin du monde. Il fut remarqué au point de faire partie de la sélection du grand Prix de L’Imaginaire dans la catégorie roman étranger. Un an après, c’est à nouveau le texte d’un auteur danois que Camille Racine, éditrice responsable de la collection, nous propose. Il s’agit de Termush, Atlanterhavskysten de l’auteur et dramaturge Sven Holm. Ce texte inédit en français é été publié en langue originale en 1967, et traduit une première fois en anglais en 1969. Sven Holm a reçu le prix de l’académie danoise en 1974 et en est devenu membre en 2001. Ce classique de la littérature scandinave a été récemment redécouvert par Jeff Vandermeer et réédité au Royaume Uni en 2023 et aux États-Unis début 2024 accompagné d’un éloge de Ray Nayler – auteur bien connu sur ces pages – qui le décrit en ces termes&nbsp;: «&nbsp;Like the radioactivity of its world,&nbsp;Termush&nbsp;crackles with an invisible, deadly energy.&nbsp;» (<em>Telle la radioactivité de son monde, Termush crépite d&rsquo;une énergie invisible et mortelle</em>.)</p> <p class="has-text-align-justify"><strong>Termush, côté Atlantique</strong>, titre sous lequel il nous arrive en France, est un court texte de 145 pages, écrit en pleine guerre froide, et qui décrit des événements se déroulant au lendemain d’une apocalypse nucléaire. Si la thématique du jour d’après a laissé la place à la catastrophe écologique ces dernières décennies au sein de la littérature postapocalyptique, elle retrouve ces jours-ci une sombre pertinence dans une actualité mondiale marquée de gesticulations guerrières – sans vouloir vous effrayer, chers lecteurs. Termush est le nom qui désigne un lieu, situé géographique au bout des terres, sur la côte atlantique, et temporellement à la fin du monde. C’est un hôtel servant de refuge à quelques dizaines d’individus prévenant qui ont dépensé leur fortune pour s’assurer une survie au cas où adviendrait… ce qui a fini par advenir. Un conflit nucléaire qui a rayé de la carte les grandes villes, irradié les campagnes et laissé derrière lui mort et désolation. Le récit est un journal, rédigé au présent, jour après jour, par l’un des hôtes de Termush. Ce narrateur sans nom livre peu d’éléments de contexte – on ne saura jamais quel a été ce conflit, mais est-ce important&nbsp;? – son lecteur est censé être de son époque et connaître tout autant ce qui est arrivé au monde. Sven Holm fait le choix du minimalisme. Son écriture va à l’essentiel, évite les disgressions et ne se perd pas en tergiversations, et rappelle le dramaturge. Il pourrait tout aussi bien s’agir d’une pièce de théâtre en huis-clos. Un lieu, une unité de temps. À Termush, les hôtes vivent en espace fermé, se réfugient dans les abris en cas d’alerte – lorsque la pluie ou le vent disperse les radiations – et pour leur sécurité ne s’aventurent jamais plus loin que le jardin de l’hôtel. Rapidement, il devient évident que la direction de l’établissement cache aux clients la réalité du monde au dehors. À Termush, l’extérieur n’existe que lorsqu’il devient intrusif.</p> <p class="has-text-align-justify">Dès le premier jour, alors qu’ils sortent des abris, les hôtes sont confrontés aux premiers survivants, les brulés, les irradiés, les malades, qui viennent là pour demander l’aide des médecins de l’établissement, des médicaments, de la nourriture. D’abord, un ou deux, puis plus, des familles, des groupes. Tous sont mourants. L’afflux grandissant devient un problème pour les hôtes. Ces survivants, à peine vivants et jamais pour longtemps, représentent un danger pour les hôtes : ils mènent la maladie, les radiations, et menacent les ressources limitées de Termush. Le langage évolue. Les survivants deviennent les étrangers, puis les adversaires et enfin les ennemis. Au sein de la communauté, les dissensions apparaissent. Certains estiment qu’ils ont payé pour avoir le droit de leur survie.</p> <p class="has-text-align-justify"><strong>Termush, côté Atlantique</strong> n’est pas un récit survivaliste dans un monde postapocalyptique, c’est un examen de la morale humaine lorsque l’humanité se déshumanise et dont, inévitablement, la conclusion est démoralisante. C’est là un texte fort qui laisse une plaie au creux de la poitrine longtemps après sa lecture. Dans un univers éditorial souvent tourné vers le monde anglosaxon, pour de nombreuses raisons dont la difficulté des traductions, il faut saluer les choix de la collection Ailleurs et Demain de faire découvrir une science-fiction venue d’autre horizons linguistiques et plus rarement publiée chez nous.</p> <hr class="wp-block-separator has-alpha-channel-opacity" /> <ul> <li><strong>Titre : </strong>Termush, côte atlantique</li> <li><strong>Auteur :</strong> Sven Holm</li> <li><strong>Publication :</strong> le 28 mars 2024, Robert Laffont, Coll. Ailleurs et Demain</li> <li><strong>Traduction : </strong>Catherine Renaud</li> <li><strong>Couverture : </strong>Mathieu Persan</li> <li><strong>Nombre de pages :</strong> 160</li> <li><strong>Support :</strong> papier (13,90 €) et numérique (9,99 €)</li> </ul> De l'Espace et du Temps - Alastair Reynolds https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2024/03/de-lespace-et-du-temps-alastair-reynolds.html Les Lectures du Maki urn:uuid:581d184c-8da7-8d69-fe0b-6dbb2356ea3b Sat, 23 Mar 2024 08:32:00 +0100 <p></p><div><div style="text-align: center;">&nbsp;<a href="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgcxPm29HUE1NRQRtUcJqiGNJKXWdZkzAiPElxrFojKowpuyfKJNdwin_dgSemAzEB-P_cUat0xOxQ_kYaNMLdoZc-n1wdgXWZ87NTQt9KubTpQcK-Ly5dFfpKGbF46CpJ6A_y1MCAS_KpeCapNZDE-_TMkN1eZtMmsxweOND6v4YvHYFVvHtBhf8kfD74/s1500/ESEspace%20et%20Temps.jpg" style="margin-left: 1em; margin-right: 1em;"><img border="0" data-original-height="1500" data-original-width="1001" height="320" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEgcxPm29HUE1NRQRtUcJqiGNJKXWdZkzAiPElxrFojKowpuyfKJNdwin_dgSemAzEB-P_cUat0xOxQ_kYaNMLdoZc-n1wdgXWZ87NTQt9KubTpQcK-Ly5dFfpKGbF46CpJ6A_y1MCAS_KpeCapNZDE-_TMkN1eZtMmsxweOND6v4YvHYFVvHtBhf8kfD74/s320/ESEspace%20et%20Temps.jpg" width="214" /></a></div><div style="text-align: center;"><span style="font-family: courier; font-size: x-large;">De Seul sur Mars aux profondeurs insondables de l'univers</span></div><br /><div style="text-align: justify;">Pour ce cinquantième numéro de la collection <i><b>Une-Heure-Lumière, Le Bélial</b></i> nous propose <i>De l'Espace et du Temps,</i> une novella vertigineuse d'<b>Alastair Reynolds</b>, un des auteurs britanniques le plus inventif de sa génération.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;">Alors que la Terre est ravagée par un virus militarisé, la station martienne qui pensait être à l'abri finit elle aussi par succomber. Quand Katrina Sloyovona meurt à son tour, Renfrew reste le seul survivant humain de Mars et probablement de l'Univers. Seul, à des millions de kilomètres de la Terre inhabitable, ses pensées vagabondent entre le suicide et la survie. Enfin pas vraiment seul, l'hologramme d'un chanteur pop, assis derrière son piano à queue, sera son seul compagnon, celui qui l'amènera à s'interroger sur des concepts scientifiques de plus en plus pointus et l'emmènera bien au-delà de tout ce qu'il aurait pu imaginer...</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><i>De l'Espace et du Temps</i>&nbsp;est l'histoire d'une dualité. Tout d'abord elle débute classiquement par la survie au coeur d'une mission martienne, comme dans <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2015/02/seul-sur-mars-andy-weir.html" target="_blank"><i>Seul sur Mars</i></a> d'<b>Andy Weir</b>, pour se terminer en voyage "initiatique" afin de nous faire explorer les profondeurs insondables de la Vie, de l'Univers, de l'Espace et du Temps, comme dans <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2021/08/la-nuit-du-faune-romain-lucazeau.html" target="_blank"><i>La Nuit du Faune</i></a> de <b>Romain Lucazeau</b>. Mais c'est aussi une coexistence entre les théories scientifiques les plus sérieuses mais non moins vertigineuses et les élucubrations imaginatives d'un écrivain, un peu moins tangibles mais tout aussi démesurées. Le tout naviguant entre la rigueur et l'humour dont le seul bémol, à l'instar de <b>Greg Egan,&nbsp;</b>serait une certaine froideur.</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><i>De l'Espace et du Temps</i>&nbsp;n'a certes pas le même pouvoir d'émerveillement que <a href="https://les-lectures-du-maki.blogspot.com/2022/09/la-millieme-nuit-alastair-reynolds.html" target="_blank"><i>La Millième Nuit</i></a> (l'autre novella de l'auteur publiée dans la collection), mais nous permet de parcourir un double voyage au coeur de l'Humanité et de l'Univers, le tout en musicalité...</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><br /></div></div><div style="text-align: justify;">Les avis de <a href="https://lepauledorion.com/2024/03/16/de-lespace-et-du-temps-alastair-reynolds/" target="_blank">Epaule d'Orion</a>,&nbsp;</div><div style="text-align: justify;"><br /></div><div style="text-align: justify;"><br /></div> Le Livre écorné de ma vie – Lucius Shepard https://bibliosff.wordpress.com/2024/03/22/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard/ Les Lectures de Xapur urn:uuid:544fe6b4-78e2-6f0c-f3bf-b92c51311d93 Fri, 22 Mar 2024 08:00:00 +0100 Mon avis sur la novella Le Livre écorné de ma vie de Lucius Shepard paru chez Le Bélial <figure class="wp-block-image size-full"><a href="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg"><img data-attachment-id="17730" data-permalink="https://bibliosff.wordpress.com/2024/02/29/carnet-de-bord-fevrier-2024/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard/" data-orig-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg" data-orig-size="666,1000" data-comments-opened="1" data-image-meta="{&quot;aperture&quot;:&quot;0&quot;,&quot;credit&quot;:&quot;&quot;,&quot;camera&quot;:&quot;&quot;,&quot;caption&quot;:&quot;&quot;,&quot;created_timestamp&quot;:&quot;0&quot;,&quot;copyright&quot;:&quot;&quot;,&quot;focal_length&quot;:&quot;0&quot;,&quot;iso&quot;:&quot;0&quot;,&quot;shutter_speed&quot;:&quot;0&quot;,&quot;title&quot;:&quot;&quot;,&quot;orientation&quot;:&quot;0&quot;}" data-image-title="le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard" data-image-description="" data-image-caption="" data-medium-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg?w=200" data-large-file="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg?w=666" width="666" height="1000" src="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg" alt="le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard" class="wp-image-17730" srcset="https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg 666w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg?w=100&amp;h=150 100w, https://bibliosff.wordpress.com/wp-content/uploads/2024/02/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.jpg?w=200&amp;h=300 200w" sizes="(max-width: 666px) 100vw, 666px" /></a></figure> <p>Je pioche de temps en temps dans mes Une Heure-Lumière quand j&rsquo;ai envie d&rsquo;une lecture courte entre deux bouquins plus imposants. Et j&rsquo;avais décidé de redonner une chance à <a href="https://bibliosff.wordpress.com/category/auteurs/shepard-lucius/">Lucius Shepard</a>. Hélas&#8230;</p> <span id="more-17733"></span> <h1 class="wp-block-heading">Mon avis</h1> <p>Je ne suis vraiment pas Shepard-compatible puisqu&rsquo;après <a href="https://bibliosff.wordpress.com/2014/05/18/le-dragon-griaule-lucius-shepard/">Le Dragon Griaule</a> que 99% de la blogosphère et de la critique réunies a encensé, je n&rsquo;avais pas été vraiment convaincu. Dix ans après (damned !), je relis du <strong>Lucius Shepard</strong> et je n&rsquo;apprécie toujours pas !</p> <p>Pourtant, l&rsquo;idée de départ est intéressante : un écrivain qui a réussi commercialement, en reniant certes son style d&rsquo;origine, trouve un livre écrit par un homonyme. Il le commande et se rend compte qu&rsquo;ils partagent de nombreuses similitudes troublantes. Et il pourrait bien avoir écrit ce livre, dans une réalité différente où il ne se serait pas renié. Il décide alors de partir sur les traces de cet individu, telles que celui-ci les décrit dans le roman, qui pourrait être un journal de bord. Amusant si on considère que <strong>Le Livre écorné de ma vie</strong> passe aussi pour une autobiographie romancée de Shepard.</p> <p>Hélas, à partir de l&rsquo;arrivée de l&rsquo;écrivain en Asie, suivant les méandres du Mékong, la novella (pardon, le &laquo;&nbsp;court roman&nbsp;&raquo; comme on dit maintenant) sombre dans des délires (fantasmes ?) érotiques, mêlés de drogues et de critiques virulentes (envers l&rsquo;écriture, les auteurs, les lecteurs, la politique, la religion&#8230;) et le rythme est bien mollasson (au gré du bateau qui descend le fleuve ?).</p> <p>L&rsquo;écrivain, qui croise peu à peu des doubles arrivant d&rsquo;autres univers, converge avec eux vers un point central. Mais lui qui se considère comme un summum de méchanceté est rarement crédible et ce lent voyage oniro-érotico-délirant m&rsquo;a plus ennuyé qu&rsquo;autre chose. Dommage parce qu&rsquo;il y avait du potentiel.</p> <h2 class="wp-block-heading">D’autres avis</h2> <p><a href="https://lepauledorion.com/2021/06/05/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard/" target="_blank" rel="noreferrer noopener">L&rsquo;Epaule d&rsquo;Orion</a> &#8211; <a href="https://aupaysdescavetrolls.fr/2021/06/22/le-livre-ecorne-de-ma-vie-de-lucius-shepard/" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Au Pays des Cave Trolls</a> &#8211; <a href="https://yuyine.be/review/book/le-livre-ecorne-de-ma-vie" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Chez Yuyine</a> &#8211; <a href="https://nevertwhere.blogspot.com/2021/07/le-livre-ecorne-de-ma-vie-lucius-shepard.html" target="_blank" rel="noreferrer noopener">Nevertwhere</a> &#8211; <a href="https://233degrescelsius.blogspot.com/2021/10/lucius-shepard-le-livre-ecorne-de-ma-vie.html" target="_blank" rel="noreferrer noopener">233°C</a> &#8211; &#8230;</p> <h1 class="wp-block-heading">Résumé</h1> <p>(source éditeur)</p> <p>Auteur à succès, Thomas Cradle se découvre par hasard un homonyme romancier dont il ne savait rien. Intrigué, il se procure l’unique ouvrage de ce dernier, et réalise bientôt qu’au-delà de leur patronyme, les deux hommes partagent une date de naissance identique, sont nés dans la même ville et ont fréquenté la même université… La lecture de l’ouvrage achève de convaincre Cradle du caractère fascinant de sa découverte, les points communs sont trop nombreux, trop évidents : il lui faut partir sur les traces de cet autre Cradle. Et pour ce faire, une seule destination : le Mékong et ses méandres, entre Laos et Viêt Nam — comme un écho aux motifs d’un narrateur bien plus toxique qu’il n’y paraît… Jusqu’au cœur des ténèbres, en somme, jusqu’à déchirer le voile d’une réalité impensable.</p> <p>Editeur : Le Bélial &#8211; Traduction : Jean-Daniel Brèque &#8211; Date de parution : 10/06/2021 &#8211; 144 pages</p> <h1 class="wp-block-heading">L’Auteur</h1> <p>(source éditeur)</p> <p>Infatigable voyageur ayant exercé mille métiers dans mille lieux différents, <a href="https://bibliosff.wordpress.com/category/auteurs/shepard-lucius/">Lucius Shepard</a> (1943-2014) est l’auteur d’une œuvre à la puissance exceptionnelle saluée par une kyrielle de prix littéraires, en France (le Grand Prix de l’Imaginaire à deux reprises) ou de l’autre côté de l’Atlantique (prix Hugo, Nebula, World Fantasy, ou encore le Locus huit fois en quinze ans). Stupéfiante odyssée au cœur des ténèbres, plongée dans les méandres d’un sud-est asiatique où résonne l’écho de toutes les transgressions, <em>Le Livre écorné de ma vie</em> est un récit virtuose, un éclat de littérature tranchant. (NLDA : ben voyons)</p> Noblesse oblige – Maiwenn Alix http://rsfblog.fr/2024/03/20/noblesse-oblige-maiwenn-alix/ RSF Blog urn:uuid:229bd3c3-ebab-16e3-bfd9-6c816e5bc312 Wed, 20 Mar 2024 17:30:28 +0100 <p>Noblesse oblige De Maiwenn Alix Slalom &#8211; 400 pages Une monarchie de strass et de paillettes Dans un monde où la Révolution de 1789 n&#8217;a pas réussi, la France vit sous le règne autoritaire de Louis XXI. Pour maintenir son emprise sur le peuple, la monarchie utilise des émissions de téléréalité. La télévision est un [&#8230;]</p> <p>Cet article <a href="http://rsfblog.fr/2024/03/20/noblesse-oblige-maiwenn-alix/">Noblesse oblige &#8211; Maiwenn Alix</a> est apparu en premier sur <a href="http://rsfblog.fr">RSF Blog</a>.</p> Le trophée – Christian Léourier (Une heure-lumière HS 2023) https://nevertwhere.blogspot.com/2024/03/le-trophee-christian-leourier-une-heure.html Nevertwhere urn:uuid:a0e24d1f-a1f9-311c-08d8-ebeb6ab4ba0c Wed, 20 Mar 2024 08:00:00 +0100 <div class="separator" style="clear: both; text-align: center;"><img alt="Couverture du Hors-série 2023 de la collection &quot;Une heure-lumière&quot;" border="0" data-original-height="752" data-original-width="500" height="400" src="https://blogger.googleusercontent.com/img/b/R29vZ2xl/AVvXsEiEnHfW6gK-gxf6EeBhaGcRJwNxWFL6HGHLxVCpV4FXxYWCGH2VytozfA8e83OZ00aspjfJkOOiYQakEVmiN9VujvThRvdE0csFQzjwM6yabZEsAw9o7Yx7SkHtF2NT32EB-sLLcoG2ve1yTk2LnGQCTnNvtASOnvYfTBpZK1xeFd5LnF-wKFpgzIlxolX7/w266-h400/uhlHS2023.jpg" width="266" /></div><p>Chaque année, les éditions du Bélial’ proposent un hors-série à leur collection de novellas offert pour l’achat de deux titres. Ma tradition personnelle consiste à me jeter dessus dès sa sortie pour mieux l’abandonner pendant plusieurs mois. Au moins cette année j’ai fait un effort, je l’ai lu avant la sortie du suivant !<span></span></p><a name='more'></a>Cette année, c’est Christian Léourier qui est à l’honneur dans ce hors-série, avec une nouvelle inédite qui s’inscrit dans son <a href="https://nevertwhere.blogspot.com/2021/02/les-contacteurs-le-cycle-de-lanmeur-1.html">cycle de Lanmeur</a>.<br /><br /><i>Le trophée</i> nous emmène dans un monde dont la culture a été bouleversée par l’arrivée d’Étrangers, même si une partie de la population continue à vivre au rythme des anciennes traditions. Ilann, un sang-mêlé s’apprête à participer à un rituel sacré qui va l’emmener dans un long périple.<br /><br />Cette nouvelle est du pur Christian Léourier et je l’ai lue avec plaisir : on se laisse emporter avec plaisir dans cette aventure qui met en scène une culture complexe et qui interroge sur les conséquences de l’arrivée de visiteurs extraplanétaires.<br /><br />J’ai cependant trouvé qu’elle aurait gagné à être un peu développée sur certains aspects, notamment tout le contexte de la Venue des étrangers (ça va très vite au début sur le sujet et on revient assez peu dessus après). Mais cela reste plaisir à lire et ça m’a rappelé qu’il faudrait que je reprenne ma lecture de Lanmeur un jour…<br /><br />La suite du hors-série est occupée par un nouveau guide de lecture de Vanille (c’est la nouvelle tradition de la collection ?). Cette fois-ci, celui-ci se présente avec une approche géographique qui lui donne l’impression de consulter le catalogue d’une agence de voyage hors du commun. C’est très sympathique à parcourir.<br /><br />Comme d’habitude, ce hors-série est une bonne surprise et un joli bonus. J’espère que l’édition 2024 sera tout aussi sympathique.<br /><br /><b>Infos utiles :</b> Le Hors-série Une heure-lumière de 2023 se compose de la nouvelle <i>Le trophée</i> de Christian Léourier et du texte <i>À « Une heure-lumière » d’ici</i> de Vanille / Camille Vinau. La couverture est signée Aurélien Police. La nouvelle est introduite par une illustration de Matthieu Ripoche. 111 p.<br /><br /><b>D’autres avis : </b><a href="https://233degrescelsius.blogspot.com/2023/11/une-heure-lumiere-hors-serie-2023.html">233°C</a>, <a href="https://syndromequickson.com/2023/06/29/u-h-l-hs6-le-trophee-christian-leourier/">Le syndrome Quickson</a><br /><p></p>